La cantine scolaire Le Corbusier-Wogenscky de Marçon (Sarthe)

Cliquez pour agrandir l'image ©PB Fourny

Cliquez pour agrandir l'image Une cantine en brique et béton, avec l’escalier du personnel menant à la cuisine

Cliquez pour agrandir l'image Les toilettes au rez-de-chaussée ©PB Fourny

Cliquez pour agrandir l'image La rampe d’accès en pente douce pour les demi-pensionnaires ©PB Fourny

Cliquez pour agrandir l'image A l’intérieur, les installations comme le mobilier sont également inscrites Monuments historiques ©PB Fourny

A Marçon, petite commune rurale de la vallée du Loir, l’ancienne cantine scolaire est signée Le Corbusier et Wogenscky. Actuellement en cours d’inventaire du patrimoine, Marçon compte un millier d’habitants et… une cantine scolaire signée Le Corbusier et Wogenscky. Édifié en périphérie du bourg, à l’arrière de l’école, le bâtiment en béton, brique, bois et verre, contraste avec la construction traditionnelle de la vallée du Loir, dans la Sarthe.

En 1956, Armand de Malherbe, maire de Marçon, demande à l’agence Le Corbusier et en particulier à André Wogenscky, collaborateur de Charles-Édouard Jeanneret, la conception d’une cantine scolaire répondant à différentes exigences. L'avant-projet est approuvé en 1957. Les travaux sont réalisés entre 1959 et 1961 mais la cantine ouvre dès 1960. Elle a fonctionné jusqu’en 2014.
La paternité de l’opération n’est pas facile à établir, d’autant que Wogensky quitte l’atelier Le Corbusier en 1957. Une étude fine menée par Fabrice Masson, ancien conservateur des antiquités et objets d’arts (CAOA) de la Sarthe, fait apparaître que Le Corbusier fut l’architecture en chef et Wogenscky l’architecte d’opération de l’ensemble.

« Les Cinq points d'une Architecture Nouvelle »

La cantine scolaire de Marçon reprend les principes du mouvement Moderne théorisés par Le Corbusier en 1927 dans « Les Cinq points d'une Architecture Nouvelle » :
- les pilotis
- la façade libre
- le plan libre (les trois espaces intérieurs : accueil des élèves, coin repas, cuisine, restent ouverts)
- des fenêtres en bandeau, afin de laisser entrer la lumière au maximum,
- un toit-terrasse qui restitue l’emprise au sol du bâtiment (toit qui aurait dû être végétalisé à l’origine).
Conçue pour accueillir entre 70 et 120 écoliers, la cantine a été dotée d’un mobilier épuré et esthétique, à la fois robuste au fil du temps et fragile aujourd’hui : un ensemble modulable de petites tables et tabourets en bois verni. Inscrite au titre des Monuments historiques depuis 2002 avec ses installations intérieures, la cantine scolaire de Marçon est ainsi un bâtiment municipal d’exception. Elle est désormais utilisée comme espace de réunion et d’exposition. Elle se visite notamment aux Journées européennes du patrimoine.


*Fabrice Masson : « La cantine de Marçon (Sarthe) et son mobilier : une création de l'agence Le Corbusier », dans Regards sur le patrimoine mobilier de l’enseignement scolaire et universitaire, actes du colloque 2016 de l’association des CAOA, éd. Errance/Actes Sud, septembre 2017.
Fabrice Masson : « Le restaurant scolaire de Marçon et son mobilier », dans Maine Découverte n°94, automne 2017.

Retour