Les fours à chaux de Parné-sur-Roc et leurs maisons ouvrières

Cliquez pour agrandir l'image Parné-sur-Roc : les fours à chaux et maisons ouvrières témoignent d'une révolution agricole florissante en Mayenne ©Yves Guillotin

Cliquez pour agrandir l'image Le village de Parné fait partie des Petites cités de caractère de la Mayenne. ©Yves Guillotin

A l’entrée du bourg de Parné-sur-Roc, rue de la Vêquerie, se trouve un vaste bâtiment auquel ses hautes parois de pierre et de terre donnent l’allure d’une forteresse. Il s’agit d’un ensemble de fours à chaux construits en plusieurs étapes entre 1818 et 1877.

Les fours à chaux permettaient, par la combustion - au moyen de charbon - de calcaire extrait sur place, de produire de la chaux utilisée massivement dans l’agriculture au 19e siècle pour améliorer les terres et augmenter la production. Exploités pendant plus d’un siècle par la famille Ricosset, ils ont poursuivi leur activité jusque vers 1935.
Contre une des parois du quadrilataire formé par les fours à chaux, ont été construites en 1869, le long de la rue, six maisons accolées, toutes identiques. Elles permettaient de loger une partie des ouvriers chaufourniers. L’usage varié des matériaux de terre cuite sur leur façade permet d’attribuer leur construction au maçon Charles Fripier qui a marqué le village de Parné de son empreinte.

Un ensemble inscrit au titre des Monuments historiques

Cet ensemble est un témoin encore bien conservé du dynamisme de l’activité des fours à chaux au 19e siècle, qui a rendu possible en Mayenne l’important essor de l’agriculture connu sous le nom de « révolution agricole ». Il montre l’influence, jusque dans la campagne mayennaise, du modèle de la cité ouvrière développé à vaste échelle dans les régions industrielles du Nord et de l’Est de la France. Son intérêt a justifié son inscription au titre des Monuments historiques en 1983.

Retour