Regards sur l'architecture de Parné-sur-Roc, en Mayenne

Cliquez pour agrandir l'image La maison construite par Charles Fripier pour lui-même ©Yves Guillotin

Cliquez pour agrandir l'image Maison de la croix blanche ©Yves Guillotin

Le village de Parné fait partie des Petites cités de caractère de la Mayenne et conserve plusieurs maisons de la seconde moitié du XVe siècle ou du XVIe siècle à découvrir au détour de ses ruelles escarpées.

Le village de Parné-sur-Roc s’est développé au Moyen âge autour de son église, construite au XIe siècle, et de son prieuré, qui relevait de l’abbaye Saint-Nicolas-d’Angers ainsi que le long du « chemin valais » qui reliait Laval à Sablé en franchissant l’Ouette à Parné. Il conserve plusieurs maisons de la seconde moitié du XVe siècle ou du XVIe siècle. Parmi elles, la maison de la Croix-Blanche, au 39 Grande-rue, constitue un exemple exceptionnel de pan-de-bois dans un bourg rural. Sa partie principale, donnant sur la rue, a pu être datée, grâce à la dendrochronologie, des années 1451-1454. Elle a été agrandie sur la cour à la fin du 16e siècle. Elle a servi d’auberge de 1637 au moins à 1710 (d’où son nom), puis de maison de tisserand jusque vers 1860.

Des matériaux en terre cuite à l'effet décoratif

Au XIXe siècle, le visage du bourg a été renouvelé par le remaniement ou la reconstruction de maisons existantes et par la construction de nouvelles. Parmi elles, celles édifiées par le maçon Charles Fripier sont très originales. Elles se reconnaissent par l’usage varié de matériaux en terre cuite, dont l’effet  décoratif est particulièrement abouti sur la maison construite par Fripier pour lui-même, au 25 Grande-rue, en 1867 : briques de trois tons différents disposées de manière à former un quadrillage de losanges ; parpaings de brique en encadrement de baies et chaînes d’angle ; tuiles creuses sur la corniche, l’arc de la fenêtre supérieure et les jours du comble ; motifs sculptés représentant des coquilles et des volutes végétales.

Retour