Le Cadre noir aux Rencontres régionales du patrimoine

Cliquez pour agrandir l'image Le Cadre noir en gala ©Laurent Vilbert - Cadre Noir IFCE

Cliquez pour agrandir l'image La fresque de l'IFCE restaurée grâce aux mécènes ©Droits réservés - IFCE

Cliquez pour agrandir l'image "Cavalerice François" de Salomon de la Broue, en édition originale du 16ème siècle, ouvrage considéré comme l'acte de naissance de l'Equitation de tradition française. ©Marie Strozic

Le cadre noir est un patrimoine vivant au rayonnement international. Il est le garant d’une tradition équestre qui remonte à la Renaissance. Il porte haut l'Equitation de tradition française qui est inscrite au patrimoine culturel et immatériel de l'humanité par l’Unesco en 2011. Ce rayonnement international concourt au développement local. Cette dynamique liée au patrimoine vivant sera abordée lors des Rencontres régionales du patrimoine le 22 novembre 2018.

Le cadre noir est né il y a environ 200 ans à la fin des guerres napoléoniennes. La cavalerie est décimée. Dans l’urgence, les grands maîtres sont regroupés pour former des hommes et des chevaux. En 1828, le premier carrousel du Louvre inaugure à Saumur pour la duchesse de Berry la première représentation publique du cadre noir. Au XXe siècle, la mécanisation et l’industrialisation, conduisent le Cadre noir à évoluer du statut militaire au statut civil. Un centre de formation - l’Ecole nationale d’équitation – est créé en 1972. Ils sont à présent regroupés au sein l’Institut français du cheval et de l'équitation (ifce).

Patrimoine vivant

De la formation des professionnels de l’équitation au développement en passant par le sport de haut niveau, le Cadre noir transmet un savoir-faire et perpétue un patrimoine vivant. Basé sur l’écoute et l’empathie qui unissent le cheval et le cavalier, les valeurs culturelles immatérielles du Cadre noir  s’expriment dans la relation entre l’homme et l’animal. Harmonie, aisance et  légèreté font ainsi la grâce de ce corps de cavaliers d'élite français. Inscrit sur la liste du patrimoine culturel et matériel de l’Unesco, le Cadre noir veille à conserver cette reconnaissance.

Moteur de développement

Le Cadre noir est devenu un élément moteur pour le Saumurois. Etablissement public employant 180 personnes, la Cadre noir attire 100 000 spectateurs chaque année. Au-delà des retombées touristiques, son attractivité s’apprécie avec le mécénat. Le cercle des mécènes incarne la synergie qui associe les acteurs aux valeurs d’excellence, de rigueur et d’expertise du Cadre noir. Les entreprises du saumurois ont bien répondu à l’appel pour restaurer la fresque de 40m2 signée Michel Darmon, qui symbolise dans le grand manège l’Equitation de tradition française.


Chiffres clés :

  • Emploi : 180 personnes (soigneurs, vétérinaires, enseignants, administratifs… ) dont 100 dédiées aux spectacles, 35 écuyers entre autres
  • 50 représentations publiques et galas
  • 100 000 spectateurs directs par an


Le Cadre noir, invité des Rencontres régionales du patrimoine 2018 – Patrimoines culturels matériels et immatériels : quels dialogues ? Frédérique Mercier, responsable communication à l’Institut français du cheval et de l'équitation (ifce) – Cadre noir Saumur  participera à l’atelier 2 – sur le développement local.

Retour