Les arpenteurs de l’Inventaire

Cliquez pour agrandir l'image 303 n°143 Explorateurs et voyageurs

Explorateurs et voyageurs sont mis à l’honneur du dernier numéro de la revue trimestrielle 303, parue en novembre 2016. Nathalie Heinich, sociologue française et spécialiste de l'art signe un article sur les chercheurs de l’Inventaire général du patrimoine culturel, fruit d’une observation(1) menée sur le terrain.

L’arpenteur de l’Inventaire y est décrit comme un explorateur, souvent solitaire, du territoire, périurbain notamment, qui au hasard des rencontres avec les hommes et les choses révèle des trésors cachés.

Extraits de la Revue trimestrielle 303
… le hasard est à l’exact opposé de ce qui fait son métier : l’exploration systématique, outillée et raisonnée, de l’ensemble du territoire …
Voilà donc notre chercheur de patrimoine parti sur le terrain, muni de sa précieuse carte : il sait très exactement la portion de territoire qu’il va lui falloir couvrir ; mais il ne sait rien, ou à peu près rien, de ce qu’il va trouver – trésors ou mochetés ? N’est-ce pas là une vraie condition d’explorateur ?...
Le chercheur de l’Inventaire est un ethnographe du familier. L’exotique, le rare et l’exceptionnel sont peut-être son rêve, mais certainement pas son lot de chaque jour ; il faut savoir rester modeste….
Ils sont seuls, mais pas démunis : tels des explorateurs, ils ont leurs cartes et leurs documents préparatoires, élaborés par d’autres ou avec d’autres ; et ils savent que ce qu’ils engrangent au fil de leurs arpentages s’agglutinera aux trouvailles de leurs pairs, fabriquant ce trésor collectif – fût-il largement immatériel – que l’on nomme «le patrimoine».


http://www.editions303.com/le-catalogue/explorateurs-et-voyageurs/
1La fabrique du patrimoine, de la cathédrale à la petite cuillère de Nathalie Heinich est publiée par la Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2009, 286 pages

Retour