Hôtel de voyageurs dit Hôtel Robert puis Grand Hôtel de la Baule actuellement immeuble à logement Le Panoramique

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain ; Mise en forme sous Renabl : Durandière Ronan

Date d’enquête :

1990

Historique

Commentaire historique :
Cet hôtel, dessiné en 1898 par l'architecte nantais François Bougoüin pour l'hôtelier Robert sur les terrains de la Société des Dunes à l'est du lotissement Hennecart, est surélevé et agrandi à l'est en 1928 par l'architecte baulois Paul-Henri Datessen. Les plans sont consultables aux archives départementales de Loire-Atlantique : 169 J 89. Il a été surélevé de trois étages et transformé en appartements en 1957 par les frères Beaulande (promoteurs constructeurs). Pour cet immeuble appelé "Le Panoramique", ils ont conservé la toiture ce qui en fait l'exception sur le boulevard de mer parmi toutes les autres réalisations en toiture terrasse.
Auteur Historique :

Bougoüin François (architecte) ; Datessen Paul-Henri (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan massé avec rez-de-chaussée et deux étages sur sous-sol ; plan allongé avec rez-de-chaussée et cinq étages et deux combles sur sous-sol. Ce bâtiment "symétrique médiéval" puis "dissymétrique breton" (cf. typologie) en 1928 est implanté sur rue et bordé à l'ouest par l'avenue du Pilier n° 2. Toutes les toitures sont en ardoise. Les murs de l'hôtel sont en moellons avec chaînage en brique. Un enduit recouvre maintenant toutes les façades. En 1898, chaque angle de l'hôtel est marqué par un toit en pavillon surmontant une tourelle dont les murs sont en léger encorbellement avec un bandeau de brique évoquant des mâchicoulis. La façade sud-est ainsi structurée au dernier niveau : une tourelle, deux lucarnes puis deux lucarnes au centre avec l'égout plus bas puis l'égout remonte avec deux autres lucarnes et enfin une même tourelle. Les encadrements de baies sont en appareillage brique et pierre et des bandeaux de briques ceinturent le bâti au niveau des planchers, appuis et linteaux de fenêtre et au-dessus des linteaux. Les linteaux sont en appareillage de brique à cintre surbaissé. Sur la façade sud, six portes-fenêtres sous les six lucarnes et six autres séparées par deux fenêtres au premier étage ouvrent sur des balcons en bois sculpté. Au rez-de-chaussée, une terrasse couverte d'une bâche longe le boulevard de mer et vient se caler sur une véranda vitrée au croisement des deux voies. Sur la façade nord les tourelles d'angle ne sont pas percées de fenêtres et la disposition des ouvertures est identique à celle de la façade sud sauf qu'il n' y a pas de lucarne en partie centrale mais des fenêtres à mi-niveau pour éclairer l'escalier intérieur et un porche d'entrée couvert d'ardoise est implanté à la moitié ouest de la façade. Les façades est et ouest sont percées de trois fenêtres sur les trois niveaux avec une lucarne entre les tourelles. Vers 1920 un bâtiment de quatre niveaux et cinq travées avec un seul toit en pavillon à l'ouest sert d'annexe. Les bâtis (ancien et nouveau) sont rassemblés dans le projet de l'architecte Paul-Henri Datessen en 1928 dans un style breton. Mais le projet d'essentage d'ardoise sur les pignons (comme pour la poste) n'a pas été réalisé. Sur le pignon principal les lettres G et H pour Grand Hôtel disparaissent avec la surélévation. En 1957, la toiture en ardoise de Datessen a été démontée puis remontée sur la surélévation.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

moellon ; brique ; enduit

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit à longs pans ; noue ; pignon couvert ; demi-croupe ; toit en pavillon

Partie de plan :

plan massé

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; 5 étages carrés ; étage de comble

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

La Baule-Escoublac

Lieu :

lotissement des Dunes d'Escoublac

Adresse :

Docteur-René-Dubois

Rue :

Docteur-René-Dubois

Latitude :

47,28134028 X

Longitude :

-2,38557180 Y

Intérêt et protection

Situation juridique :

propriété privée