Hôtel de voyageurs Impérial Hôtel, puis Grand Hôtel Majestic, puis Squelette Hôtel, puis Bellevue Building

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain ; Mise en forme sous Renabl : Durandière Ronan

Date d’enquête :

1990

Historique

Commentaire historique :
L'Impérial Hôtel, qui curieusement n'aspecte pas l'océan mais les marais salants, fut conçu par Emile Aragon en 1928 face au nord vers Guérande pour recevoir les villégiateurs arrivant par le futur boulevard a créer dans l'axe de l'avenue Isabelle. Mais le boulevard ne fut jamais réalisé. En novembre 1930, maître Allard de Guérande est chargé de vendre la carcasse car la société de l'Hôtel Impérial a fait faillite et cette structure est surnommée le Squelette hôtel (de la Baule). Le principal actionnaire l'entreprise Nielsen et Christiani qui fait les agrandissements du port de Saint-Nazaire reprend le projet et le nomme Grand Hôtel Majectic de La Baule. Mais en décembre 1930, il est question d'aménager deux appartements par niveaux. Le 24 juin 1931, Adrien Grave est l'architecte de la nouvelle opération nommée alors le Bellevue Building. Le 17 juillet la demande est déposée pour le premier immeuble de logements sur la côte. L'autorisation de construire n° 126 est obtenue le 22 septembre 1931. Les briques de remplissage de la structure poteau-poutre-béton proviennent du fabricant Kelly de Philadelphie (Pennsylvanie, Etats-Unis) père de la princesse Grace de Monaco. Il a servi pendant la Seconde Guerre Mondiale de siège à la Gestapo. Les plans de cet immeuble ont été publiés dans <>Le livret de l'architecte<>.
Auteur Historique :

Aragon Emile (architecte) ; Grave Adrien (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan massé rez-de-chaussée et sept étages sur sous-sol surélevé. L'immeuble "symétrique paquebot" (cf. typologie) est implanté à l'angle des deux voies dont l'avenue Ménard n° 30 au nord. L'enduit perle d'Adrien Grave recouvre les murs. La toiture est traitée en terrasse. Dans l'angle nord-ouest, quatre pilastres encadrent l'entrée et soutiennent des consoles un auvent en béton. Un escalier pénètre dans l'immeuble et accède au travers d'une porte en métal forge au rez-de-chaussée surélevé. Pour chaque niveau trois portes fenêtres ouvrent sur le balcon en arrondi. Ces balcons sont encadrés par deux fenêtres en avant-corps. Une corniche surplombe le 6e étage. La façade nord-est percée par niveau de trois fenêtres et une porte-fenêtre ouvrant sur un balcon au centre. La façade ouest plus allongée est percée du nord au sud d'une fenêtre, de deux portes-fenêtres ouvrant sur un balcon-loggia, d'une fenêtre haute, d'un autre balcon-loggia sur lequel ouvre une porte-fenêtre et enfin de deux fenêtres. Le cinquième étage des deux façades est surmonté d'une corniche. Les fenêtres hautes sont remplacées aux sixième et septième étages par des hublots. Des balcons filent le long de ces deux étages traités en retrait.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

béton ; brique ; enduit

Matériau(x) de couverture :

ciment en couverture

Type de couverture :

terrasse

Partie de plan :

plan massé

Vaisseaux et étages :

7 étages carrés ; sous-sol

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

La Baule-Escoublac

Lieu :

lotissement Pavie

Adresse :

Isabelle

Rue :

Isabelle

Latitude :

47,28513437 X

Longitude :

-2,40602504 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

portail

Situation juridique :

propriété privée