Gare de voyageurs dite Gare de la Baule-Escoublac

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain ; Mise en forme sous Renabl : Durandière Ronan

Date d’enquête :

1990

Historique

Commentaire historique :
Ce bâtiment, qui est toujours en service et appartient à la SNCF, est dessiné par les architectes Adrien Grave et Roger Pons et réalisé sur concours par la compagnie d'Orléans, la commune et la société générale foncière grâce au député Louis Lajarrige, créateur le lotissement de la Baule-les-Pins, après le dévoiement de la ligne derrière la forêt du bois d'amour. Le concours est gagné par Grave et Pons (voir villa "Kenavo") et Henri Jamard, architecte à Angers, arriva second. Adrien Grave coloria sur les plans des façades le ton du granite à employer (gris, bleu, rose, jaune, beige). Lors des fêtes de Noël, des guirlandes lumineuses étaient disposées sur toutes les arêtes vives du bâtiment. La gare est publiée dans <>Le livret de l'architecte<>. Elle a été restaurée et transformée pour la ligne TGV en 1990. La pergola entre les quais a été supprimée et les trois portes-fenêtres de l'entrée ont été reculées pour créer une loggia d'accueil.
Auteur Historique :

Grave Adrien (architecte) ; Pons Roger (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan allongé avec rez-de-chaussée et deux étages. La gare symétrique et les annexes "dissymétriques bretonnes" (cf. typologie) sont implantés en limite de propriété de la parcelle. La toiture est en tuile plate. Les murs, les chaînages d'angle et les rampants des pignons sont en granite taille de trois couleurs. Le bâtiment est fondé sur des pieux de 25 mètres à travers du sable puis du kaolin. Un pignon central découvert à rampant en pierre assise en granite avec crossette en granite est encadré par deux lucarnes rampantes puis deux avants corps avec chacun une lucarne à pignon découvert. Le pignon central est percé en son centre au niveau des crossettes par un oriel en trapèze. Au premier niveau entre les avants corps une terrasse balcon en loggia surplombe l'entrée de la gare. Un auvent en tuile plate protège les trois baies plein-cintre de l'entrée. Les annexes sont à rez-de-chaussée avec neuf travées à cintre surbaissées à l'est et trois travées idem à l'ouest. Une pergola vitrée accolée à la façade nord et une autre entre deux voies protègent les voyageurs sur les quais. Un édicule à l'ouest du bâtiment sert de toilettes. Il est de même facture que le reste.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

moellon ; granite

Matériau(x) de couverture :

tuile plate

Type de couverture :

toit à longs pans ; noue ; pignon découvert ; croupe

Vaisseaux et étages :

1 étage carré ; étage de comble

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

La Baule-Escoublac

Lieu :

lotissement Hennecart

Adresse :

Rhin et Danube

Rue :

Rhin et Danube

Latitude :

47,28873799 X

Longitude :

-2,38912328 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

à signaler élévation

Situation juridique :

propriété de l'Etat