Maison dite villa balnéaire Les Opales

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain ; Mise en forme sous Renabl : Durandière Ronan

Date d’enquête :

1990

Historique

Commentaire historique :
Cette villa dessinée vers 1930 par l'architecte baulois Adrien Grave est plantée au sommet d'une dune. La parcelle d'origine contenant l'arrière du terrain a été lotie. Le jardin, le bassin, l'escalier et les jarres ont été comblés pour créer un parking. Elle est publiée dans la revue <>L'Encyclopédie de l'architecture<> et dans le livret de l'architecte.
Auteur Historique :

Grave Adrien (architecte) ; Truffaut Georges (pépiniériste)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan massé avec rez-de-chaussée et deux étages sur rez-de-jardin. Villa "dissymétrique basque" (cf. typologie) implantée au milieu d'un jardin bordé à l'ouest par l'avenue de Saumur n° 8 et au nord par l'avenue du Berry n° 2. La toiture est à deux pans recouverte de tuile mécanique. Les murets de soutènement et le soubassement sont en moellons et les murs des deux niveaux supérieurs sont recouverts d'enduit en relief de ligne horizontale. Sur la façade sud le pignon avec un faux pan-de-bois en béton est couvert par un large auvent de toiture à six chevrons soutenu par des consoles en bois. Les abouts de murs gouttereaux et celui du refend sont en encorbellement à chaque niveau. Les combles sont éclairés par deux fenêtres de part et d'autre de l'about du refend. A l'étage une porte-fenêtre sous la fenêtre ouest des combles ouvre sur un balcon avec garde-corps en bois. Sous la fenêtre est des combles est placée une autre fenêtre puis vers l'est une loggia avec garde-corps en bois est accessible par une porte-fenêtre. Un escalier partant de l'ouest mène à une véranda à l'est de la façade sud soutenue par quatre piliers octogonaux en béton avec gardes corps en bois. Deux portes-fenêtres à cintre surbaissé ouvrent sur cette véranda. A l'ouest de la véranda et sous le balcon en bois une baie plein-cintre avec appareillage de moellons ouvre sur une petite loggia. Le balcon sud-est devenu oriel et les loggias sont vitrées. Sur la façade ouest un autre escalier mène à l'entrée de service protégé par une véranda couverte de tuile canal soutenue par deux piliers octogonaux et deux consoles en bois. Au sud de la façade une petite baie plein-cintre avec garde-corps en bois débouche sur la loggia ouest de la façade sud. A l'étage deux portes-fenêtres ouvrent sur un balcon en bois cale au sud de la façade. Sous l'auvent de gouttière deux fenêtres sont axées sur ces portes fenêtres. Dans le séjour la cheminée dite basque par l'architecte comporte de part et d'autre de l'âtre des poteaux bois à vis. Une quinzaine de jarre en terre cuite était répartie sur les murets de jardin et autour du bassin rocailleux. La pergola du jardin entourait totalement le terre-plein au devant de la villa.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

enduit

Matériau(x) de couverture :

tuile mécanique

Type de couverture :

toit à longs pans

Partie de plan :

plan massé

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; rez-de-chaussée surélevé ; 1 étage carré ; étage de comble

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

La Baule-Escoublac

Lieu :

lotissement La Baule-les-Pins

Adresse :

Opales

Rue :

Opales

Latitude :

47,28063859 X

Longitude :

-2,37673318 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

élévation ; couverture

Situation juridique :

propriété privée