Maison dite villa balnéaire Villa Rouge puis Rayons de Soleil

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain ; Mise en forme sous Renabl : Durandière Ronan

Date d’enquête :

1990

Historique

Commentaire historique :
Adrien Grave et Georges Meunier dessinent vers 1925 pour le promoteur Louis Lajarrige "la Villa rouge" sur le front de mer en même temps que la voisine "Etoile de mer". Cette villa est achetée par M. Grégoire, consul de Grèce en Belgique, qui la nomme "Rayons de soleil". Il demande à Meunier de faire une extension de chambres à l'arrière en 1934 car il n'apprécie pas le boulevard trop bruyant. Cette villa appartient toujours à la famille qui l'entretient remarquablement mais en 1998 elle est détruite pour un immeuble. Aucune protection n'a été proposée par la mairie. Le maire de la Baule avait promis dans son programme électoral de ne pas détruire de villas sur le boulevard de mer. Mais pour son adjoint à l'urbanisme "la villa est coincée entre deux immeubles" donc inutile de classer par son histoire, son entretien, sa facture, son emplacement, elle représentait une villa incontournable de l'histoire de la Baule-les-Pins. L'épouse du maire adjoint au tourisme et à la culture dirige dans une agence immobilière et commercialise les appartements du nouvel immeuble. Un plan est consultable dans le fonds de la société "La construction moderne de la Baule-les-Pins" (non inventorié).
Auteur Historique :

Grave Adrien (architecte) ; Meunier Georges (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan massé avec rez-de-chaussée et deux étages sur rez-de-jardin. Cette villa "dissymétrique anglo-normande" (cf. typologie) est implantée au milieu d'une parcelle en mitoyenneté avec les villas "Etoile de mer" à l'ouest et "Clair logis" à l'est et bordée au nord par l'avenue des Améthystes n° 28. Ces deux villas sont des immeubles de 7 niveaux depuis les années 1970. Les murs sont recouverts d'enduit et la couverture est en ardoise. A l'est de la façade sud un pignon couvert avec faux pan-de-bois en béton se dresse sur la toiture à brisis et terrasson recouverte d'ardoise. Devant ce pignon un balcon bombé en encorbellement surplombe une loggia à l'étage avec le même balcon bombé. Cette loggia surplombe aussi une loggia au rez-de-chaussée qui s'ouvre sur une terrasse. A l'ouest une lucarne est au-dessus d'un balcon couvert avec des poteaux en bois. Sous ce balcon un large fenêtre à meneaux en béton. Un escalier mène du jardin sur le boulevard à la terrasse et à un petit porche d'entrée entre cette fenêtre et la loggia.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

enduit

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit à longs pans ; pignon couvert ; noue

Partie de plan :

plan massé

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; rez-de-chaussée surélevé ; 1 étage carré ; étage de comble

État de conservation :

détruit

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

La Baule-Escoublac

Lieu :

lotissement La Baule-les-Pins

Adresse :

Océan

Rue :

Océan

Latitude :

47,27895206 X

Longitude :

-2,37364928 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

élévation ; loggia

Situation juridique :

propriété privée