Maisons jumelles dites villas balnéaires Saint-Cosme et Saint-Damien

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain ; Mise en forme sous Renabl : Durandière Ronan

Date d’enquête :

1990

Historique

Commentaire historique :
Cette villa divisée en deux à la conception a été dessinée vers 1924 par l'architecte Georges Dommée qui réalisé la villa "Jeanne Andrée" accolée à l'ouest. Il les dessine dans le même style que l'hôtel Adriana (détruit) près de l'avenue de Gaulle. La partie ouest appelée saint Cosme est réhabilitée en mai 1999 par l'architecte baulois Alain Charles. La partie appelée Saint Damien n'a pas été entretenue depuis la deuxième guerre mondiale et a beaucoup souffert. L'entreprise bauloise "royal construction" la répare en octobre 1999. Les vérandas nord ont été transformées : une toiture à deux pentes et épi de faîtage en zinc précédée d'un balcon avec garde-corps en bois sculpté et escalier idem pour saint Cosme et un mur mitoyen en parpaing jusqu'en haut du rez-de-chaussée avec pièce à planche à voile au rez-de-jardin pour saint Damien. Le constructeur a profité du P.O.S. ne stipulant pas de C.O.S. (zone d'immeuble) et casse la petite cour commune à l'arrière pour densifier sa villa au détriment de l'harmonie symétrique de la façade et du bon voisinage.
Auteur Historique :

Dommée Georges (architecte) ; Charles Alain (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan massé avec rez-de-chaussée et deux étages sur rez-de-jardin. Cette villa "symétrique classique" (cf. typologie) est implantée sur rue au sud et la cour au nord-est desservie par une venelle donnant sur l'avenue Heurteau. la toiture est en ardoise et les murs sont en moellons sur deux niveaux avec un simili appareillage de pierre taillée en chaînage d'angle et au centre des deux parties. Le soubassement en simili appareillage de pierre taille au rez-de-jardin est percé d'une porte à l'ouest et d'une fenêtre à l'est. Sur la façade sud deux toits en pavillon sont coiffés de deux épis de faîtage chacun et abritent chacun une porte fenêtre ouvrant sur un balcon en bois avec garde-corps en bois sculpté. Sous ce balcon une large porte-fenêtre avec linteau droit en béton ouvre sur un balcon filant sur la façade avec un garde-corps à balustre en béton. Sous ce balcon d'étage, soutenu par trois colonnes en béton, un auvent en ardoise protège le balcon avec même garde-corps du rez-de-chaussée surélevé et sur lequel ouvre une même porte-fenêtre. Ce balcon est soutenu sous chaque colonne par une console moulurée. Puis pour saint Cosme les balustres ont été remplacé par des gardes corps en aluminium anodise vers 1990 puis en 1999 par des jardinières et des garde-corps en bois. Sur la façade nord, deux avant-corps à l'est et à l'ouest encadrent une petite cour d'où partent deux escaliers vers deux vérandas au rez-de-chaussée surélevé.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

enduit ; moellon

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit à longs pans brisés ; toit en pavillon

Partie de plan :

plan massé

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

La Baule-Escoublac

Lieu :

lotissement Pavie

Adresse :

Lucien-Barrière

Rue :

Lucien-Barrière

Latitude :

47,28065578 X

Longitude :

-2,40792421 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

à signaler élévation

Situation juridique :

propriété privée