Maison dite villa balnéaire Ciel de Bretagne puis le Sphinx actuellement immeuble à logements

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain ; Mise en forme sous Renabl : Durandière Ronan

Date d’enquête :

1990

Historique

Commentaire historique :
Cette villa a été dessinée vers 1895 par l'architecte baulois Georges Lafont. Elle fut bretonnisée vers 1935 et détruite vers 1975 pour construire l'immeuble "Port Royal".
Auteur Historique :

Lafont Georges (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan massé avec rez-de-chaussée et deux étages sur sous-sol. Cette villa "symétrique traditionnelle" (cf. typologie) est implantée en angle de rue sur le boulevard de mer et apparaît dissymétrique sur l'avenue de la Concorde. La toiture est recouverte d'ardoise. Les murs sont en moellons, les chaînages d'angle et les encadrements de baie sont en pierre taillée. Au centre de la façade sud, un pignon couvert est orné d'une ferme débordante en bois sculpté et d'un faux pan-de-bois en bois découpé. Sur le faîtage se dresse un épi en zinc. Ce pignon est percé dans les combles d'une fenêtre et entouré de deux lucarnes à pignon couvert. A l'étage une porte-fenêtre ouvre sur un balcon couvert en ardoise soutenu par quatre poteaux en bois sculpté avec un garde-corps en bois tourné et sculpté. De part et d'autre de cette porte-fenêtre, deux fenêtres avec allège recouverte de céramique architecturale à motifs végétaux. Au rez-de-chaussée, une large fenêtre cintrée est entourée par deux fenêtres cintrées et séparées par des piliers en pierre. Au sud de la façade ouest, un autre pignon couvert forme avant-corps et est orné d'une ferme débordante soutenue par onze têtes de pannes. Au centre de ce pignon un épi en bois surmonte la toiture à pans brisés d'un oriel avec allège en bois tourné qui est posé sur un bow-window avec allège en brique de couleur. Au nord de l'oriel un escalier en bois mène au perron de la porte d'entrée abritée sous un auvent en ardoise puis une fenêtre est aussi abritée sous un auvent surmonté d'un balcon en bois tourné sur lequel ouvre une porte-fenêtre abritée sous un auvent à pignon couvert par une demi-croupe. Au-dessus de la porte d'entrée un châssis. Sur la façade sud un bandeau pierre souligne les trois baies du rez-de-chaussée et un autre à l'étage prolonge le plancher du balcon. Sur la façade ouest ce bandeau se prolonge en brique au niveau de l'appui de fenêtre. Un arc brique suit la ferme du pignon ouest et encadre l'épi avec de part et d'autre le nom de la villa gravé sur le mur.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

pierre ; granite

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit à longs pans brisés ; noue

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; rez-de-chaussée surélevé ; 1 étage carré ; étage de comble

État de conservation :

détruit

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

La Baule-Escoublac

Lieu :

lotissement Darlu

Adresse :

Darlu

Rue :

Darlu

Latitude :

47,28190035 X

Longitude :

-2,39970913 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

élévation ; oriel ; balcon

Situation juridique :

propriété privée