Maison dite villa balnéaire Ker Juliette

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain

Date d’enquête :

1994

Historique

Commentaire historique :
Cette villa a été dessinée par l'architecte Henri van den Broucke pour l'avocat parisien Charles Mercier devenu en 1900 le premier maire de Pornichet. La villa porte le prénom de sa femme, venue vers 1882 avec leur fille Marguerite loin des tumultes de Paris. Mercier épousa sa femme, de condition modeste, en 1886 après le mort de son père, chirurgien parisien très renommé. Il donna à son lotissement le prénom de sa fille qui épousa un professeur de gymnastique suédoise, dans les années 20, Paul Guimard, frère de l'architecte parisien Hector Guimard. La villa est la propriété du groupe pharmaceutique Aventis (ex. Rhône-Poulenc).
Auteur Historique :

Van den Broucke Henri (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan massé avec rez-de-chaussée, étage et combles, surélevé sur sous-sol semi-enterré. La villa symétrique de type castel est implantée au milieu d'une parcelle bordée à l'Ouest par l'avenue des Bleuets, au Nord par l'avenue des Lilas et à l'Est par l'avenue de Rangrais. La couverture est en ardoise et les murs sont en moellons de granit. Les chaînages d'angle et les encadrements de baies sont en granit taillé. Une frise en mosaïque ceinture le bâti sous la couverture. une autre frise en céramique ceinture la villa au niveau du plancher d'étage. Sur la façade Sud, une tour toute de granit taillé formant avant-corps est coiffé d'un toit en pavillon surmonté d'un épi de faîtage en zinc. Au rez-de-chaussée, les angles de la tour sont abattus et au niveau des combles, les chaînages d'angle sont en brique avec remplissage en moellons de granit. Une frise en brique ceinture cette tour sous la toiture. Au pied de la tour un escalier de 8 marches en pierre mène à une porte-fenêtre encadrée de pilastre et surmonté d'un linteau mouluré comportant une frise en céramique représentant des rinceaux. A l'étage une fenêtre plein cintre est gémellé par une colonnette avec chapiteau en pierre sculptée. Dans les combles une fenêtre est surmonté d'un fronton en pierre sculpté comportant la plaque de la villa en carreaux de faïence. De part et d'autre les retours sont percés au rez-de-chaussée de fenêtres triplées avec allège ornée de carreaux de céramique représentant des fleurs de Lys. Elles sont surplombées à l'étage par des balcons en bois avec barreaudage. Les gardes corps en bois sculpté ont disparus. Sur ces balcons ouvrent des portes-fenêtres avec imposte vitrée. Dans les combles des lucarnes à pignon découvert sont ornées de céramiques en relief de 33,5x33,5 cm. de Jules Loebnitz (réf. 719, planche 44) représentant des fleurs. Les façades Est et Ouest sont percées de 3 fenêtres au rez-de-chaussée puis 2 fenêtres à l'étage surmontées dans les combles de souches octogonales de cheminée en pierre taillée. La base de ces souches est ornée d'un décor de brique. 4 niveaux, 3 travées et : balcon, perron.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

granite ; brique

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit en pavillon ; pignon découvert

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

Pornichet

Lieu :

Sainte-Marguerite

Adresse :

Littoral

Rue :

Littoral

Latitude :

47,24490151 X

Longitude :

-2,31494978 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

à signaler

Situation juridique :

propriété privée