Maison dite villa balnéaire château des Tourelles

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Charles Alain

Date d’enquête :

1994

Historique

Commentaire historique :
Ce château fut construit en 1860 par le comte Wauters (d'origine belge) qui était marié à la châtelaine de Chamallière (Auvergne). Ils perdirent un fils durant une baignade et vendirent le château à Louis Flornoy, industriel nantais, en 1880. Celui-ci le fit réhausser d'un niveau, supprima les toitures coniques et ajouta des créneaux aux tours. Il vendit son château vers 1910 à Legrand, directeur de l'agence Havas à Paris qui tenta de colmater les fuites des toitures terrasses puis finit par les couvrir avec l'architecte pornichétain Antonin Viale tant la toiture terrasse, en créant un vaste comble, que les tourelles en y restaurant les toitures coniques. Le château était implanté au milieu d'un grand parc et vers 1960, l'architecte nazairien Quilgars réalisa, pour la caisse des Ecoles du XIIe arrondissement de Paris, de nombreuses extensions proches du château en supprimant la végétation alentour. Le contraste architectural est trop lourd entre ces 2 époques et le bois n'est conservé que dans la partie arrière de la propriété.
Auteur Historique :

Viale Antonin (architecte)

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Plan carré avec rez-de-chaussée, 2 étages et combles. Ce château symétrique gothique est implanté en milieu de la parcelle bordée par l'Océan au sud-ouest. La couverture est en ardoise et les murs sont recouverts d'enduit. Toutes les baies de la façade sud-ouest sont surmontées d'un linteau à corniche moulurée terminée par des culs de lampe à motif végétal de part et d'autre et d'une sculpture à motif végétal au-dessus. 1860 : la façade sud-ouest est composée d'un rez-de-chaussée et d'un étage avec des combles couverts par un toit en pavillon surmontée d'une faîtière fleuronnée. Elle est encadrée par 2 tours d'angle qui dépassent de la toiture d'un demi-niveau. Au centre de la façade sud-ouest la porte d'entrée est surplombée d'un balcon sur lequel ouvre une porte-fenêtre et doté d'un garde corps en pierre sculptée encadré de 2 tourelles à toiture conique terminées par un épi de faîtage en zinc. Au dessus de la porte-fenêtre un gable percé d'un oculus aveugle est terminé par un amortissement fleuronné. Sur les 2 niveaux à hauteur des appuis de fenêtre un bandeau ceinture tout le bâti. Au dessus des fenêtres d'étage une corniche moulurée ceinture la toiture et une même ceinture les toits des tours. De part et d'autre du balcon et de la porte d'entrée les retours sont percés d'une fenêtre par niveau et les tours de même. Les 2 tours d'angle se répètent sur la façade nord-est et encadrent une 3e tour au centre. 1880 : un deuxième étage est ajouté à la place des combles. Tourelles et tours sont surélevées et les toits coniques sont remplacés par des toits à impérial en cuivre sur les tourelles et sur les tours par des toitures terrasses cernés de créneaux et merlons. Le gâble et son un amortissement fleuronné sont aussi surélevé. Les fenêtres de par et d'autre de l'entrée sont élargies. 1910 : le château est surélevé par l'ajout de toits coniques sur les 5 tours et d'un toit en pavillon sur le 2e étage. 1990 ? : la couverture du château est entièrement refaite et des épis en cuivre terminent les toits coniques. 3 niveaux, 5 travées et : balcon.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

enduit

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit conique ; toit à longs pans ; terrasse

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Commune :

Pornichet

Lieu :

Vieux Pornichet

Adresse :

Léon-Dubas

Rue :

Léon-Dubas

Latitude :

47,25586799 X

Longitude :

-2,33873474 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

à signaler

Situation juridique :

propriété privée