Maisons de villégiature balnéaire de l'aire d'étude du Croisic

Loire-Atlantique

Références

Auteur :

Delpire Laurent ; Grimaud Romain (mise en forme)

Date d’enquête :

1997

Historique

Commentaire historique :
La plupart des villas balnéaires considérées ici ont été bâties à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle. Les stations n'ont en effet connu qu'un essor limité et mimétique des grandes stations voisines, donc un peu plus tardif que les premières vagues de constructions balnéaires à La Baule par exemple. Par ailleurs, leur développement, du fait de la nature escarpée de la côte et de l'absence de plan d'ensemble, n'a pas eu l'ampleur de stations où les terrains étaient plus largement accessibles. De ce fait, la vague de constructions s'est assez vite ralentie. La concurrence des grandes stations immédiatement voisines a aussi contribué à la limitation du phénomène balnéaire dans les communes autour du Croisic. La plupart des constructions ont été réalisées par des maîtres d'œuvre et des maçons locaux. Le recours à un architecte n'est pas systématique et souvent réservé à des commanditaires aisés ou à des programmes ambitieux. On notera toutefois l'intérêt du fonds Maréchal au Croisic, conservé par la descendante des architectes, qui montre une production de chalets destinés aux classes moyennes fréquentant la commune et ses environs. L'étude des villas du boulevard de l'Océan a amené à rencontrer la descendante d'Emile Maréchal, actif au Croisic de 1912 à 1928 et architecte voyer de la ville du Croisic jusqu'à sa mort, ce qui l'amena à réaliser plusieurs projets communaux. Son fils Gustave a repris le flambeau à partir de 1928, et exerça d'abord au Croisic avant de s'installer parallèlement à La Baule, où il construisit de nombreuses villas dans un style néo-breton caractéristique. La mémoire de sa descendante permit par ailleurs d'attribuer des constructions plus éclectiques à la fois à Emile et Gustave Maréchal. Le rôle le plus déterminant toutefois revient à l'architecte Clément Josso au Croisic, où il est le promoteur d'un nouveau quartier entre la gare et la baie de Port Lin, proposant quelques villas ambitieuses. Ruiné par le procès pour vices de forme au Musée des Beaux-arts de Nantes, ses projets pour Le Croisic ont du être abandonnés. D'autres architectes se manifestent sur l'aire d'étude, souvent ceux qui interviennent très largement sur la baie de La Baule. On citera ainsi François Bougouin, Aubry, Georges Lafont, Ménard et Le Bot, André Chauvet, Datessen, Adrien Grave, Philippe Louis. Les commanditaires enfin, quand ils ont pu être identifiés, sont principalement issus des rangs des fonctionnaires des régions limitrophes et de localités moyennes (Angers, Le Mans, Tours, Château-Gontier, Périgueux). Les compagnies de chemin de fer ont ainsi fourni de nombreux villégiateurs aux communes terminus de leur ligne (ligne Paris-Orléans). C'est une population familiale et modeste qui a majoritairement séjourné sur les plages des communes étudiées.

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Villégiature balnéaire en Loire-Atlantique

Latitude :

47,3686137 X

Longitude :

-2,4843626 Y