Hôtel Serin de la Cordinière

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2007

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
L'hôtel porte le nom des frères Serin de la Cordinière, propriétaires de la demeure à la Révolution, lorsqu'elle fut vendue comme bien national. Toutefois, il n'est pas certain que cette famille en soit le commanditaire ; en effet, l'acte de vente de la maison au sud de l'hôtel, passé en 1770, précise que l'hôtel - désigné comme confront et appartenant alors à Pierre Serin - appartenait auparavant (sans noter jusqu'à quand) aux héritiers de Marie Parenteau. Sous l'Ancien Régime, l'hôtel ressortissait du fief de l'évêque. La date de construction de l'hôtel - qui présente des éléments architecturaux remarquables comme l'escalier d'honneur et les portes sur rue et sur cour - n'est pas aisée à établir. Bien que l'édifice semble cohérent, ses éléments font tantôt référence à l'architecture du XVIIe siècle (les deux portes, une cheminée à l'étage), tantôt à celle du XVIIIe (l'escalier à rampe en fer forgé, certaines huisseries). La première moitié du XVIIIe siècle semble cependant la période à retenir pour la reconstruction de l'hôtel. En 1770, Pierre Serin de la Cordinière, ancien capitaine de cavalerie au régiment Royal Lorraine, acquiert la maison située, plus au sud, entre son hôtel et l'actuelle rue de l'Union-Chrétienne, de manière à agrandir les communs et dépendances de la demeure. La description faite en 1795 décrit bien l'ensemble de la propriété : l'hôtel proprement dit au nord, ses communs plus au sud et les dépendances (grange, écurie, remise, buanderie) dans la partie acquise en 1770. Cette dernière partie, correspondant à la parcelle M 9 du cadastre de 1816, ne fait plus partie aujourd'hui de l'hôtel ; ce sont deux maisons particulières. A la Révolution, l'hôtel est vendu comme bien national provenant des frères Serin, émigrés ; il est acquis, le 21 floréal an III (10 mai 1795) par Blaise Escalier Maigre, qui acquièrera également la propriété en face, rue de l'Ancienne-Brasserie, où il aménagera la brasserie qui donnera son nom à la rue.
Datation des campagnes principales de construction :

1ère moitié 18e siècle;18e siècle

Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

moellon ; moellon ; enduit

Matériau(x) de couverture :

tuile creuse

Type de couverture :

toit à longs pans ; croupe

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; 1 étage carré

Emplacement, forme et structure de l’escalier :

escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Adresse :

Ancienne-Brasserie

Rue :

Ancienne-Brasserie

Latitude :

46,45464371 X

Longitude :

-1,17016982 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

à signaler porte ; escalier

Situation juridique :

propriété privée

Documentation

Documents d'archives :

AD Vendée. 3 E 49/49 (étude Pouget) : Acte de vente d'une maison située au sud de l'hôtel, par Pierre Henry Germain Lambert à Pierre Marie Serin de la Cordinière, ancien capitaine de cavalerie au régiment Royal Lorraine, le 4 mai 1770.;AD Vendée. 1 Q 200 : Procès-verbal d'estimation de l'hôtel, en vue de sa vente comme bien national, le 9 germinal an III (29 mars 1795).