Maison des soeurs de la Miséricorde

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2007

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
La maison actuelle remplace une maison plus ancienne, décrite dans une expertise en 1757. Cette maison était alors en très mauvais état et menaçait ruine. En 1778, elle est toujours dans cet état critique lorsqu'elle est vendue par Louis Landriau, chirurgien à Montréal, au chanoine Pierre Angibaud ; il semble que le chanoine, décédé l'année suivante, en entreprit immédiatement la reconstruction, même s'il n'en vit pas l'achèvement. Cette maison correspond aux corps de bâtiment à l'ouest et au nord de la cour. Sous l'Ancien Régime, elle ressortissait du fief du chapitre. Elle ne fut pas vendue comme bien national à la Révolution. La construction de l'aile sud, donnant à la demeure un plan en U entre cour et jardin, peut être datée du deuxième quart du XIXe siècle ; cette datation s'appuie sur la comparaison du plan d'alignement de 1822, où elle n'apparaît pas, et du plan cadastral de 1845, où elle apparaît. Suite à la demande du curé de Luçon, l'abbé Charpentier, en 1872, cinq religieuses de la congrégation de la Miséricorde de Sées s'installent dans la maison, achetée aux demoiselles de la Boucherie du Guy. Une modeste chapelle est bénie en 1879 ; elle est reconstruite peu après et bénie par Mgr Catteau le 12 juillet 1891. Cette chapelle se situe en prolongement de l'aile sud, du côté du jardin.
Datation des campagnes principales de construction :

2e moitié 18e siècle;18e siècle;1ère moitié 19e siècle;19e siècle;2e moitié 19e siècle;19e siècle

Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

Les bâtiments sont en moellon de calcaire, enduits côté rue, non enduits côté jardin. Les couvertures sont en tuile creuse pour la maison (toits à longs pans, à croupe ou non), en ardoise pour la chapelle (toit à longs pans à croupe polygonale).

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

calcaire ; moellon ; enduit

Matériau(x) de couverture :

tuile creuse ; ardoise

Type de couverture :

toit à longs pans ; croupe ; croupe polygonale

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; 1 étage carré

Emplacement, forme et structure de l’escalier :

escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Adresse :

Hector-Neullier

Rue :

Hector-Neullier

Latitude :

46,45233634 X

Longitude :

-1,16910695 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

escalier

Situation juridique :

propriété privée

Documentation

Documents d'archives :

AD Vendée. 3 E 49/59 (étude Rouzeau) : Procès-verbal de l'expertise de la maison, par le maître maçon Pierre Tapon et le maître charpentier Pierre Gillereau, le 3 août 1757. La maison est alors en très mauvais état et menace ruine.;AD Vendée. 3 E 49/95 (étude Pillenière) : Acte de vente de la maison par Louis Landriau, maître chirurgien à Montréal (représenté par Pierre Serré du Tillet), au chanoine Pierre Angibaud, le 24 janvier 1778. La maison est dite en très mauvais état et sur le point de tomber en ruine.;Archives privées : Chronique de la congrégation des soeurs de la Miséricorde de Sées, religieuses soignantes, fondée à Luçon le 13 mai 1879.

Bibliographie :

MOREAU, Grégoire. Propriété immobilière à Luçon (1770-1830). Mémoire de maîtrise d'Histoire : I.C.E.S., La Roche-sur-Yon : 2000