Cimetière

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2007

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
Après l'abandon du cimetière de l'église paroissiale Saint-Mathurin, la municipalité s'empare, en 1794, d'un terrain situé à l'est de la ville pour y pratiquer les inhumations (parcelle A 466 du cadastre de 1816). Les pourparlers avec le propriétaire du terrain, le citoyen Mariteau, sont difficiles et la vente n'intervient qu'en 1803. Une première extension vers le nord, assez modeste, a lieu en 1842 grâce à l'acquisition d'une parcelle appartenant à la dame Giraudeau, veuve Poye d'Avant (parcelle A 558 du cadastre de 1816). Un mur de clôture est édifié sous la direction de l'entrepreneur J Ballereau. Suite à l'achat de plusieurs parcelles au nord de l'enclos en 1873 (essentiellement parcelles C 1090 à 1097 du cadastre de 1845), le terrain est à nouveau agrandi et, cette fois-ci, sa superficie est doublée. Un nouveau mur de clôture est alors construit, sous la direction de l'architecte de la Ville Léon Ballereau. Depuis cette date, le périmètre du cimetière n'a pas été modifié, si ce n'est suite à l'acquisition d'un terrain du côté ouest en 1923, pour y construire la maison du gardien ; les plans de cette maison sont de Raynaud, directeur de travaux, et sont exécutés en 1924 par l'entrepreneur luçonnais Ferdinand Théau. Quelques années plus tard, le portail d'entrée est édifié, avec une grille en fer forgé. L'architecte de la Ville, Emile Bordelais, dresse les plans en 1928 ; les travaux sont exécutés en 1930 - la maçonnerie par l'entrepreneur luçonnais Giraud, la grille par les serruriers nantais Ménard et Herra. Le cimetière de Luçon est remarquable par le nombre important de ses chapelles funéraires - plus de soixante oeuvres. Certains tombeaux sont eux aussi de grande qualité, tout comme le portail d'entrée avec sa grille en fer forgé. Le tombeau le plus ancien date de 1817 ; il se trouve dans l'enclos funéraire de la famille Lepeltier. Nous n'avons ouvert que quelques dossiers individuels sur des chapelles ou des tombeaux ; beaucoup d'autres sont reproduits dans ce dossier.
Datation des campagnes principales de construction :

19e siècle;1ère moitié 20e siècle;20e siècle

Auteur Historique :

Ballereau J (entrepreneur) ; Ballereau Léon (architecte) ; Bordelais Emile (architecte) ; Raynaud (conducteur de travaux)

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Latitude :

46,46273146 X

Longitude :

-1,15477769 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

à signaler

Situation juridique :

propriété de la commune

Documentation

Documents d'archives :

AD Vendée. 1 Q 200 : Procès-verbal d'estimation de l'église paroissiale Saint-Mathurin et des deux parties du cimetière, en vue de leur vente comme bien national, le 29 thermidor IV (16 août 1796). La soumission est rejetée.;AD Vendée. 1 O 396 : Dossier sur le cimetière (1841-1884) : - Lettre du sous-préfet au maire, en 1884, retraçant l'histoire du cimetière (création en 1794, agrandissements en 1842 et 1873). - Vente de la parcelle A 558 par la veuve Poye d'Avant à la Ville, le 20 avril 1842, en vue d'une première extension du cimetière. - Vente des parcelles C 1090 à 1097 à la Ville, en 1873, en vue de la seconde extension du cimetière.;AD Vendée. E dépôt 128. 2 M 3 : Important dossier sur le cimetière (XIXe-XXe siècles) : - Pièces concernant l'extension de 1842, en particulier la construction du mur de clôture sous la direction de l'entrepreneur J Ballereau. - Pièces concernant l'extension de 1873, en particulier la construction du nouveau mur de clôture sous la direction de l'architecte de la Ville, Léon Ballereau. - Pièces sur la construction d'un ossuaire (1894-1896) sous la direction de l'architecte de la Ville, Emile Bordelais. - Pièces sur la construction de la maison du gardien (1923-1924) d'après les plans de Raynaud, directeur des travaux. - Pièces sur la construction du portail, avec une grille en fer forgé (1927-1931), sous la direction de l'architecte de la Ville, Emile Bordelais ; les entrepreneurs sont le maçon luçonnais Giraud et les serruriers nantais Ménard et Herra.