Hôtel de voyageurs Le Croissant

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2007

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
Cet hôtel de voyageurs s'est constitué à partir de plusieurs maisons, remaniées ou reconstruites par la suite. La première mention d'une auberge - portant alors le nom de La Croix Blanche - date de 1787, mais l'existence d'un tel établissement est sans doute plus ancienne, comme le laisse supposer la vente de la propriété à un aubergiste en 1773. Sous l'Ancien Régime, la propriété ressortissait du fief de Marconnay. Sur le plan cadastral de 1816, l'emprise est la même que sur les actes du XVIIIe siècle et l'hôtel porte toujours le nom d'auberge de La Croix Blanche. Sur le plan cadastral de 1845, s'ajoute une petite parcelle à l'angle des rues Emile-Zola et du Docteur-Paboeuf ; l'hôtel s'appelle alors Le Croissant. La parcelle à l'angle des rues du Croissant et du Docteur-Paboeuf (parcelle 1138 en 1845) est reconstruite en 1862 pour le propriétaire de l'auberge, Jacques Joly, qui l'a acquise à cet effet. En 1862, seules les deux travées sud, rue du Docteur-Paboeuf, ont leur silhouette actuelle ; en effet, sur une carte postale de 1911 les deux autres sont moins élevées et, par conséquent, ont été édifiées dans le même style ultérieurement. La mention de travaux en 1862, en accord avec les conclusions de l'analyse stylistique des façades et de l'escalier, permet d'estimer à cette date la reconstruction de l'hôtel par son propriétaire d'alors, Jacques Joly. Par la suite, la maison où se trouve actuellement la salle de café (parcelle 1144 en 1845) est acquise ; son sous-sol date en partie du XVe siècle. Le projet non réalisé, dressé en 1921 par l'architecte luçonnais Léon II Ballereau est peut-être contemporain de cette extension de l'emprise de l'hôtel.
Datation des campagnes principales de construction :

2e moitié 19e siècle;19e siècle

Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

calcaire ; moellon ; enduit

Matériau(x) de couverture :

ardoise ; tuile creuse

Type de couverture :

toit à longs pans ; croupe

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; 2 étages carrés

Type et nature du couvrement :

voûte en berceau

Emplacement, forme et structure de l’escalier :

escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Adresse :

Croissant

Rue :

Croissant

Latitude :

46,45552093 X

Longitude :

-1,16596673 Y

Intérêt et protection

Situation juridique :

propriété privée

Documentation

Documents d'archives :

AD Vendée. 3 E 49/41 (étude Ranfray) : Vente de la maison par la dame Rousset de la Brochardière, veuve Favreau, à André Martineau, le 13 juillet 1750.;AD Vendée. 3 E 49/51 (étude Pouget) : Acte de vente de la maison par Martineau fils, marchand de draps de soie, à Ruau, aubergiste, le 20 mai 1773.;AD Vendée. 3 E 49/56 (étude Jouanneau) : Location de la maison et auberge de la Croix Blanche par Reverseau, boulanger à Fontenay-le-Comte, à Gaschignard, le 7 avril 1787.;AD Vendée. 3 P 1413 : Matrices du cadastre de 1845, en particulier le Registre présentant les augmentations et diminutions survenues dans la contenance et les revenus portés sur les matrices cadastrales. - En 1863 pour la parcelle B 1138 : mention de démolition de maison pour René Godillon. - En 1865 pour la parcelle B 1138 : mention de nouvelle construction de maison pour Jacques Joly, achevée en 1862 ; l'impôt foncier est de 120 francs.