Maison

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2008

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
Cette maison était un bien privé du chanoine Abraham Laurent Chevallereau de 1775 à 1790, date de son décès ; c'est sans doute en raison de cet évènement que la maison n'a pas été vendue comme bien national à la Révolution. En 1816, elle appartient au curé Sicard, en 1822 et 1845 à Rose Sicard. Ensuite, sans doute en raison d'un legs, elle fait partie des biens du grand séminaire ; après la séparation de l'Eglise et de l'Etat, elle est vendue aux enchères et est acquise, le 14 août 1910, par Léon Treillaud. Pour l'essentiel, la maison semble dater du milieu ou du troisième quart du XVIIIe, mais une demeure de configuration en U figure déjà sur le plan de Luçon en 1704. Il semblerait qu'en 1775, le chanoine Chevallereau l'ait acquise en bon état. Toutefois, la maison décrite dans l'acte de vente diffère sensiblement de la maison actuelle. Elle se composait alors de deux parties : une partie médiane possédant un étage et un grenier (deux pièces et un couloir central avec l'escalier au rez-de-chaussée, deux chambres et un cabinet sur une partie du couloir à l'étage), ainsi que deux ailes de communs plus basses (la cuisine surmontée d'un grenier dans l'aile sud, une écurie, une grange, un cellier etc). C'est probablement le chanoine Chevallereau qui a rehaussé la partie sur rue des ailes et donné aux façades leur aspect actuel ; les seuls travaux que l'on note par la suite sont la rampe et les balustres en bois de l'escalier, au début du XIXe siècle. Sous l'Ancien Régime, la demeure ressortissait de deux fiefs : le fief de Marconnay pour la maison proprement dite (la partie centrale plus élevée), la cour et la portion de jardin en prolongement, le fief de l'évêque pour les ailes et les portions de jardin en prolongement. Au XXe siècle, le jardin a été vendu, l'ancien mur de clôture déplacé et une maison a été édifiée sur le terrain aliéné. Enfin, les ailes de communs ont été raccourcies et remaniées, l'aile sud tout d'abord, l'aile nord tout récemment.
Datation des campagnes principales de construction :

2e moitié 18e siècle;18e siècle

Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

calcaire ; moellon ; enduit

Matériau(x) de couverture :

tuile creuse

Type de couverture :

toit à longs pans

Vaisseaux et étages :

1 étage carré

Emplacement, forme et structure de l’escalier :

escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie

État de conservation :

remanié ; restauré

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Adresse :

Henry-Renaud

Rue :

Henry-Renaud

Latitude :

46,45243731 X

Longitude :

-1,17068528 Y

Intérêt et protection

Situation juridique :

propriété privée

Documentation

Documents d'archives :

AD Vendée. 3 E 49/70 (étude Rouzeau) : Acte de vente de la maison au chanoine Abraham Laurent Chevallereau par les époux Rafin-Micheau et Marie Duranceau, veuve Micheau, le 7 avril 1775.;AD Vendée. 92 V 1 : Vente aux enchères de la maison, le 4 août 1910 ; elle est adjugée à Léon Treillaud. Il est noté que la maison a appartenu au grand séminaire.