Maison

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2008

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
Cette maison - qui n'est que partiellement conservée - date du XVIIe siècle ; l'analyse stylistique ferait pencher pour le milieu ou la 2e moitié du siècle. On peut supposer avec vraisemblance que la maison a été construite (ou reconstruite) par une famille de marchands, les Bouron ; en effet, en 1701 (date proche des travaux) elle appartient aux héritiers du marchand Louis Bouron. Les restes de la maison du XVIIe siècle se trouvent essentiellement au 12, rue du Président-de-Gaulle, du coté de la rue de l'Hôtel-de-Ville : un corps de bâtiment abritant une cheminée peinte (étudiée dans la base Palissy) et un bâtiment de communs, avec alvéoles de pigeonnier. Au n° 10bis, on peut voir l'escalier de descente au sous-sol et une partie de celui-ci, la partie sous le n° 12 n'étant plus accessible. En 1804, les époux Dumaine achètent la demeure à Pierre Jacques Serré ; elle leur appartient toujours lors de la levée des plans de 1816 et de 1822. En 1845, elle est divisée en deux propriétés, la partie ouest appartenant à Pierre-Hyacinthe Dumaine, la partie est au boulanger Priouzeau. Actuellement, le fonds ancien est divisé en quatre ; la plus grande partie a été reconstruite au XIXe siècle, notamment le n° 10, en 1867. Nous connaissons la distribution de la maison, avant sa division et les travaux du XIXe siècle, grâce au procès-verbal de l'expertise pratiquée en 1829. Selon une tradition sans aucun fondement mais tenace, cette maison aurait été la résidence de Richelieu au début de son épiscopat ; aucun document n'y fait allusion et, par ailleurs, la maison ressortissait du fief de l'évêque sous l'Ancien Régime, non du fief de la Coudraye, comme c'était le cas des maisons alors acquises par Richelieu. Selon une autre tradition, il s'agirait de la maison du Sableau achetée par Pierre Nivelle en 1653 - autre supposition tout aussi fantaisiste, la maison n'étant pas localisée dans le document.
Datation des campagnes principales de construction :

2e moitié 17e siècle;17e siècle

Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

calcaire ; moellon ; enduit

Matériau(x) de couverture :

tuile creuse

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; 1 étage carré

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Adresse :

Président-de-Gaulle

Rue :

Président-de-Gaulle

Latitude :

46,45536757 X

Longitude :

-1,16975086 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

cheminée

Date(s) et nature de la protection :

1988/05/19 : inscrit MH partiellement

Situation juridique :

propriété privée

Documentation

Documents d'archives :

AD Vendée. 2 G 8 : Testament d'Antoine Froment, doyen du chapitre, le 26 septembre 1701. Il est fait référence à l'hôtel de Beaurepaire, contigu à la maison ; cette dernière est évoquée comme confront et appartient alors aux héritiers de Louis Bouron, marchand.;AD Vendée. 3 E 49/47 (étude Pouget) : Acte concernant l'hôtel de Beaurepaire, situé à l'est de la maison, le 20 août 1766 ; la maison appartient alors aux héritiers de Louis Bouron, marchand.;AD Vendée. 3 E 49/119 (étude Testaud) : Acte de vente de la maison par Bourdeau de Boislambert à Rouzeau de Boissorin, le 6 avril 1771. La maison est dite en mauvais état. Elle est décrite, ainsi que son jardin situé de l'autre côté de la rue ; la maison se compose de chambres basses et hautes, greniers, cave, cellier, écurie, grenier à foin, galerie, toits, latrines, pigeonnier et cour. Il n'y a pas d'origine de propriété.;AD Vendée. 3 E 49/120 (étude Testaud) : Acte de vente de la maison par Rouzeau de Boissorin à la dame Garos, veuve Chevallereau, le 5 janvier 1774. La description est la même qu'en 1771.;AD Vendée. 3 E 48/17 (étude Charrier) : Engagement à continuer à payer la rente de 266 francs sur la maison à Marie Claire Bouron, veuve de Simon Bourdeau de Boislambert, par Pierre Jacques Serré et son épouse Marie Julie Garos, veuve Chevallereau, le 29 nivôse an VI (18 janvier 1798). L'origine de propriété donne, antérieurement à la dame Bouron, Sophie Bouron, épouse de Louis Laurence, et précédemment, Jean Baptiste Alexis Bouron. La maison est décrite ainsi que son jardin, situé de l'autre côté de la rue ; la maison se compose de chambres basses et hautes, cuisine, cave, cellier, écurie, grenier à blé, galerie, toits, latrines, pigeonnier, cour et grenier à foin.;AD Vendée. 34 J 9 (fonds Dumaine) : - Acte de vente de la maison et du jardin situé de l'autre côté de la rue, par Pierre Jacques Serré aux époux Dumaine, le 16 germinal an XII (6 avril 1804) ; étude Daviaud, à La Rochelle. - Procès-verbal d'expertise de la maison appartenant à Mme Dumaine et occupée par le boulanger Priouzeau, le 1er juin 1829. La maison est décrite avec précision.;AD Vendée. 3 P 1413 : Matrices du cadastre de 1845, en particulier le Registre présentant les augmentations et diminutions survenues dans la contenance et les revenus portés sur les matrices cadastrales. - En 1867 pour la parcelle G 994 : mention de démolition de maison pour Jubien, en 1866 ; en 1870 pour la même parcelle : mention de nouvelle construction de maison pour Jubien, achevée en 1867.;Médiathèque de Poitiers. Fonds Dom Fonteneau : vol. XLII, fol. 539 et 745 pour les documents permettant de réfuter la tradition selon laquelle Richelieu aurait habité la maison et celle selon laquelle il s'agirait de la maison du Sableau, achetée par Mgr Nivelle en 1653.