Maison

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2009

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
En observant ses façades sur rue et sur cour et en comparant les plans cadastraux anciens et actuel, on pourrait penser que cette maison a été entièrement reconstruite au cours de la seconde moitié du XIXe siècle ou au début du XXe. Les conclusions sont totalement différentes lorsque l'on pénètre à l'intérieur. En fait, on est en présence d'une demeure du XVIIIe siècle à cour antérieure sur rue, pourvue vers 1900 d'une enveloppe moderne. Lors de cette campagne, la maison a été surélevée, la cour antérieure a été construite, les façades sur rue et sur cour ont été refaites ; en outre, certains éléments intérieurs (escalier, cheminée, dessus de porte) ont été surdécorés. La date 1902 sur une porte du vestibule fait référence à ces travaux et le monogramme JM (ou JJM) sur le balcon est celui du commanditaire (non identifié). En revanche, il est difficile de savoir à quoi correspond la date 1614 accompagnant le millésime 1902. Notons enfin que la maison du XVIIIe siècle possède un sous-sol plus ancien (cuisine basse et cellier dans la partie ouest et cave plus à l'est) ; enfin, l'écurie, la remise et un autre jardin se trouvaient à l'emplacement de l'actuel 37, rue Emile-Zola. Sans document y faisant allusion, il est difficile de dater la campagne du XVIIIe siècle ; en comparant l'escalier avec certains escaliers luçonnais datés, on pencherait pour le troisième quart du siècle. On sait qu'une vente a eu lieu en 1785 ; la maison passe alors de la famille de Maynard - probable constructeur - au chevalier de Loynes de la Coudraye. A la Révolution, la demeure est mise en vente comme bien national provenant de noble émigré ; elle est acquise en 1794 par Henry Julien Michel Chevallereau. En 1816 et 1845, lors de la levée des plans cadastraux, elle appartient à la famille Escallier Maigre. Comme plusieurs autres de la rue, la maison ressortissait de deux fiefs, le fief de l'évêque et le fief de la Roulière.
Datation des campagnes principales de construction :

2e moitié 18e siècle;18e siècle;1ère moitié 20e siècle;20e siècle

Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

calcaire ; moellon ; enduit

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit à longs pans

Vaisseaux et étages :

sous-sol ; 1 étage carré

Emplacement, forme et structure de l’escalier :

escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie

État de conservation :

restauré

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Adresse :

Gentilshommes

Rue :

Gentilshommes

Latitude :

46,45552006 X

Longitude :

-1,16301937 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

escalier

Situation juridique :

propriété privée

Documentation

Documents d'archives :

AD Vendée. 3 E 49/54 (étude Jouanneau) : Vente de la maison par Maynard, baron du Langon, au chevalier de Loynes de la Coudraye, le 25 novembre 1785 ; l'écurie, la remise et un autre jardin se trouvent de l'autre côté de la rue Emile-Zola.;AD Vendée. 1 Q 200 : Procès-verbal d'estimation de la maison en vue de sa vente comme bien national, le 8 thermidor an II (26 juillet 1794).;AD Vendée. 1 Q 584, n° 42 : Acte d'adjudication de la maison, vendue comme bien national, le 15 vendémiaire an III (6 octobre 1794), à Henri Julien Michel Chevallereau.