Port

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2009

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
L'histoire du port de Luçon remonte au Moyen Age et est intimement liée à celle du canal de navigation allant du port à la mer. Le plus ancien document connu s'y référant date de 1369, mais leur existence est de toute évidence antérieure. L'acte de 1369 désignait les propriétaires du canal : l'évêque et le chapitre pour sa moitié proche du port, le seigneur de Champagné pour le reste. En revanche, son entretien devait être une perpétuelle source de conflit. Pour clore ce différend, un accord fut conclu en 1760 ; le chapitre devenait l'unique propriétaire du canal et le seul responsable de son entretien, en échange de la cession, à son profit, des propriétés respectives de l'évêque et du seigneur de Champagné. Comme le montrent les plans anciens, le bassin du port avait, sous l'Ancien Régime, une forme plus resserrée et moins régulière que celle que lui ont donnée les aménagements du XIXe siècle. Il semble même que, jusqu'à une date que l'on ignore, le canal se soit prolongé vers le nord jusqu'au lieu nommé Port-Maquignon. Un premier projet de modernisation du trafic, plus radical mais plus couteux que celui qui sera réalisé, fut proposé en 1782 par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Dorotte, en liaison avec son plan d'alignement et de pavage. Le plan et les textes l'accompagnant envisagent un nouveau port plus étendu et situé plus à l'est, à Saint-James, avec deux nouvelles dessertes : une route partant de l'entrée est de la ville et un petit canal rejoignant le port Maquignon. L'idée de déplacer le port à Saint-James est encore défendue par le maire au début du XIXe siècle, mais elle sera abandonnée pour un projet d'aménagement sur le même site par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Boudhors en 1807, toujours sous la direction de Dorotte. Il s'agit désormais de creuser un nouveau bassin, de créer une nouvelle place-embarcadère (la future place de la Clairaye) et de redresser le lit du canal aux abords du port ; tout est en place lors de la levée du cadastre de 1816. En 1824, la gestion du port et de la partie inférieure du canal est concédée, pour une durée de 44 ans, à l'entrepreneur Pierre Daviau ; à son décès, en 1843, son fils ainé Pierre Henri lui succède, secondé par son frère Eugène. Les travaux nécessaires à la navigation sur le canal sont achevés en 1829, financés par Daviau, la Ville et l'Etat. Parmi les aménagements du port au cours de la période, citons le projet de cale de construction et de radoub, présenté en 1832 et exécuté au milieu du siècle, ainsi que celui de dépôt de marchandises et de gare maritime, élaboré en 1842-1843 et rapidement réalisé. En 1868, à la fin de la concession à la famille Daviau, la gestion du canal et du port revient à l'Etat. Une expertise est faite et des travaux sont programmés, mais leur exécution est en grande partie ajournée à cause de la guerre de 1870. Très rapidement, le manque d'entretien, l'augmentation du tonnage des navires et la concurrence du chemin de fer entrainent le déclin progressif du port. Le principal aménagement au cours de la seconde moitié du siècle est, de 1878 à 1880, le raccordement du port à la gare de chemin de fer, incluant la construction d'une voie ferrée contournant le port, d'un pont à bascule et d'une gare. En revanche, le projet de grue roulante et de quai vertical est abandonné en 1883. Les bâtiments donnant sur les quais ouest, nord et est sont essentiellement des maisons de négociants et des entrepôts, sans oublier l'usine créée en 1860 par Gaudineau et les frères Labbé, en retrait du quai est et desservie par un canal privé. Vu son importance, l'usine a donné lieu à l'ouverture d'un dossier. Quant aux demeures et entrepôts, les principaux sont reproduits ici avec leur date de construction et le nom de leur commanditaire. Sur le plan de la ville en 1704, le quai ouest porte déjà des bâtiments, qui seront tous réédifiés au cours du XIXe siècle ; les premières constructions longeant le quai est sont antérieures à la levée du cadastre de 1845, les premières du quai nord datent de 1857. A partir de la fin du XIXe siècle, le déclin du port et du canal s'accélère. En 1967, est lancée une enquête pour leur déclassement et, en 1973, la Ville demande l'autorisation de combler le bassin du port. Ces travaux sont achevés en 1980 et, la même année, l'emplacement de l'ancien port est remis à la Ville, qui fait aménager une place en 1985. Il faut enfin noter que le comblement du port a suscité bien des regrets auprès des Luçonnais et que, régulièrement, sont évoqués des projets visant à recreuser son bassin ou, du moins, à en perpétuer le souvenir.
Datation des campagnes principales de construction :

Moyen Age;16e siècle;17e siècle;18e siècle;19e siècle

Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

État de conservation :

désaffecté

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Latitude :

46,44935317 X

Longitude :

-1,16786829 Y

Intérêt et protection

Situation juridique :

propriété publique

Documentation

Documents d'archives :

Médiathèque de Poitiers. Fonds Dom Fonteneau, vol. XXXVIII fol. 205 : Le 28 février 1369, traité entre l'évêque et le chapitre, d'une part, Brideau de Châteaubriant, seigneur de Champagné, d'autre part, concernant leurs droits respectifs sur le canal de Luçon à la mer.;AD Vendée. 2 G 15 : Ensemble de documents concernant le canal de Luçon et faisant allusion au port (fin XVIIe-1773). En particulier, le 3 mars 1760, transaction entre l'évêque, le chapitre et le seigneur de Champagné, mettant fin à leur désaccord ; désormais, le chapitre sera le seul propriétaire du canal (du port de Luçon jusqu'à la mer) et l'entretiendra.;AD Vendée. B supp. 25 : Procès-verbal d'expertise du canal, le 17 juin 1739.;AD Vendée. B supp. 31 : Procès-verbal d'expertise du canal, le 24 février 1750.;AD Vendée. 5 S 50 : Documents accompagnant le plan d'alignement de la ville, dressé sur ordre de l'ingénieur des Ponts et Chaussées Dorotte et daté du 31 mai 1782 : - Mémoire concernant la ville de Luçon. Il y est question de l'établissement d'un nouveau port plus à l'est [à Saint-James], d'un nouveau chemin y conduisant, partant de l'entrée est de la ville, et d'un petit canal. Le chapitre, favorable à ces travaux, paierait les indemnités de terrains, serait propriétaire de l'ancien port et construirait le petit canal. - Devis des ouvrages à faire pour la réparation des pavés de la ville de Luçon et autres dépendances, chapitre 6 : Nouveau port et route pour y arriver. - Détail estimatif pour la réparation des pavés des différentes rues de la ville de Luçon et autres objets qui en dépendent : Nouveau port à établir et route à construire pour y arriver.;Archives de l'évêché de Luçon. Registre n° 5 des délibérations du chapitre (1785-1828) : - Le 18 novembre 1785, on évoque le projet de l'intendant de transporter le port à Saint-James et de faire réparer le chemin qui y conduit. Le chapitre fera à ses frais le canal ou fossé nécessaire, conformément au plan de la ville (de 1782), pour conduire les eaux du port Maquignon à l'embouchure du nouveau port.;AD Vendée. E dépôt 128. Série 4 D : Lettre du maire au préfet le 20 floréal an IX (10 mai 1801), évoquant le projet de nouveau port à Saint-James.;AD Vendée. 5 S 50 : Nombre très important de documents manuscrits et de plans concernant le port et le canal de Luçon (1800-1833).;AD Vendée. S 661-670 et 1101 : Liasses comprenant de nombreux documents sur le canal et, secondairement, sur le port de Luçon (ensemble du XIXe siècle et premier quart du XXe).;AD Vendée. S 950 : Documents concernant l'embranchement du port à la gare de chemin de fer (1877-1880).;AD Vendée. E dépôt 128. 3 O 1 : - Pièces se rapportant à la concession du canal à Pierre Henri Daviau en 1824, pour une durée de 44 ans. - Pièces de 1845 à 1854 concernant un conflit relatif aux terrains donnant sur le quai nord, entre Daviau d'une part, Desjoncherets et Météreau d'autre part.;AD Vendée. E dépôt 128. 3 O 2 : - Pièces se rapportant à la fin de concession du canal et du port à la famille Daviau, en 1868, et au transfert de leur gestion à l'Etat.;AD Vendée. E dépôt 128. 3 O 3 : - En 1832, documents sur le projet de cale de construction et de radoub, au bout du port. - Documents concernant la construction d'une gare maritime sur la digue droite du canal (1844-1847). - En 1883, rejet de la demande de grue roulante et de quai vertical. - Nombreuses pétitions sur divers sujets.;AD Vendée. E dépôt 128. 3 O 4 : Autorisations de travaux pour les riverains du port (1841-1895).;AD Vendée. E dépôt 128. Série 1 D : Délibération du Conseil municipal, le 4 juillet 1842, au sujet de l'acquisition d'un terrain appartenant à Dumaine, au sud-est du port (parcelle E9 du cadastre), pour y installer un dépôt de marchandises.;AD Vendée. 3 P 1413 : Matrices du cadastre de 1845, en particulier les Registres présentant les augmentations et diminutions survenues dans la contenance et les revenus portés sur les matrices cadastrales (années 1849-1882) : mention de construction des maisons et magasins des quais ouest, nord et est, notamment de ceux reproduits dans le dossier.;AD Vendée. 3 1416 : Matrices du cadastre de 1845, en particulier les Registres présentant les augmentations et diminutions survenues dans la contenance et les revenus portés sur les matrices cadastrales (années 1883-1891) : - En 1886 pour la parcelle E189bis : mention de nouvelles constructions pour les Chemins de fer (Etat), achevées en 1880 (voie ferrée entourant le port, 7 plaques tournantes, pont à bascule). - En 1886 pour la parcelle E190 : mention de nouvelle construction de bureaux et magasins pour les Chemins de fer (Etat), achevés en 1880.;Inventaire général/ GAL Sud-Vendée. Etude du patrimoine hydraulique en Sud-Vendée : dossiers sur le port et sur le canal de Luçon, établis en 1999 par Géraldine Métayer.

Bibliographie :

DURET, André. Luçon, ville épiscopale et capitale maraîchine. [s. l.] : L'Etrave, 1995;FERRE, Maurice. Luçon, son canal et son port. Les ambitions déçues du commerce luçonnais. Association culturelle du pays mareuillais, numéro hors-série, 1993;WILLIAUME, Raymond. L'industrialisation à Luçon au XIXe siècle, le rôle du canal Labbé. 303. Arts, Recherches et Créations, 1998, n° 58;WILLIAUME, Raymond. Luçon se détourne de l'océan. Comblement du port maritime de Luçon. Recherches vendéennes, 1999, n° 6