l'Inventaire

Créé en 1964 par André Malraux, l’Inventaire général du patrimoine culturel recense, étudie et fait connaître le patrimoine de France. Depuis 2004, cette mission relève de la compétence des Régions.

Patrimoine urbain et rural, civil et religieux, industriel, architectural ou mobilier, l’Inventaire étudie tous les éléments d’un paysage et les objets d’un territoire. Ce recensement exhaustif, complété d’un travail de recherche, permet d’établir une documentation homogène et pérenne accompagnée d’analyses et de synthèses sur le patrimoine régional à partir d’une approche géographique ou thématique.

Recenser, étudier, faire connaître


Cette démarche scientifique est encadrée de normes méthodologiques nationales. Elle est nourrie par les sources manuscrites et iconographiques, l’arpentage systématique et la couverture photographique du territoire, accompagnée de relevés. Ce travail ordonné et minutieux permet d’établir des dossiers argumentés qui servent à révéler, à valoriser et à promouvoir le patrimoine auprès des collectivités et des usagers. Ces connaissances constituent également pour les élus des outils au service de l’aménagement de leur territoire et de la valorisation du patrimoine.

Matériel et immatériel


Depuis 2010,   son potentiel d’interprétation du patrimoine bâti et mobilier s’est élargi par le recours, dès que  le contexte le permet, à des ressources immatérielles sous la forme du recueil de témoignages  sur les savoir-faire, les usages et la culture orale.

Vue d'ensemble sur rue.
+ d'informations

Maison

Maison construite par l'architecte Ernest Bricard vers 1924 (casier sanitaire).


Vue de situation.
+ d'informations

Maison

Cette maison, reconstruite par Auguste Martin en 1914 (d'après relevés), fut ensuite intégrée dans le magasin de la Chèvre blanche aménagé par l'architecte Yves Rolland en 1960 par la réunion de plusieurs anciennes maisons (n° 7 au 13).


Vue de trois-quarts vers le nord-ouest.
+ d'informations

Maison

La maison a été construite dans la seconde moitié du XIXe siècle et a été profondément remaniée à la fin du XXe siècle. L'atelier a été construit à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle et a été rehaussé dans la seconde moitié du XXe siècle.


Cadastre 1827.
+ d'informations

Demeure et domaine viticole dit château de l'Epinay

Jean de Marques, marchand et bourgeois à la Fosse de Nantes, possède, au milieu du XVIIe siècle les terres et juridictions de la Cantrie et de l'Epinay. A son décès, elles seront partagées entre son fils, Bonaventure et sa fille, Jeanne. Cette dernière, en 1680, doit hommage et droit de rachat au marquis de la Galissonnière "à cause de sa juridiction moyenne et basse de Lespinaie en Saint-Fiacre". En 1683, la juridiction et ce qui se situe sous le fief de l'Epinay, fait partie de la consistance de la terre et seigneurie de Gras Mouton que Samuel Pantin, sieur du Coing, vend à Jean [...]


Extrait du plan cadastral de 1937, section F3.
+ d'informations

Ferme, actuellement maison

Le Pas-du-Haut a été bâti en 1888. La partie logis a été remaniée et agrandie vers l'est (à l'emplacement du four à pain) dans les années 1950.


Vue de situation.
+ d'informations

Immeuble

Construit entre 1836 et 1840.


Situation sur données cdastrales 2008.
+ d'informations

Maison

La maison actuelle a remplacé dans le 1er quart du XIXe siècle deux petites maisons construites sur le modèle des deux maisons mitoyennes à l'ouest (n° 50, 52). La première, en aval, propriété de François Thomas David, capitaine de navire et Jeanne Claude Picou (sa femme) était décrite en 1786 comme une petite maison louée à un cordonnier, composée d'une chambre basse, une chambre haute, une galerie et une cave. La seconde, en amont, est mentionnée dans l'aveu fait au marquis de Bruc en 1779 par le capitaine de navire Pierre Leray Rochaudière et Renée Daviaud (sa femme) résidant à [...]




Vue de situation.
+ d'informations

Hôtel

Hôtel associé à une maison.