Montbert, Église paroissiale Notre-Dame de l'Assomption, Monument aux morts

Monuments aux morts peints en Pays de la Loire

Références

Auteur :

Leduc-Gueye Christine

Date d’enquête :

2013

Commanditaire :

Région Pays de la Loire.

Historique

Commentaire historique :
Les vitraux commémoratifs de la nef de l'église de Montbert furent réalisés en 1921 par le maître-verrier parisien G. Léglise, puis posés au début de l'année suivante par le contremaître Lecat. Ils vinrent compléter le monument aux morts édifié dès 1917 dans la nef, face à la chaire, grâce à une souscription et le Musée paroissial de la guerre. Inauguré le 4 novembre 1917 jour du jubilé du curé J. Prin, le monument lui fut offert par la paroisse à cette occasion. Le meuble en chêne massif conçu comme un "mausolée" possédait en façade de petits cartons sur lesquels les noms des morts étaient progressivement ajoutés à l'annonce de leur décès, comme le montre la photographie conservées aux archives diocésaines. Il est l'oeuvre d'un sculpteur breton de Scaër dans le Finistère. La réalisation de ce monument, comme la commande des vitraux, sont une initiative de l'abbé Frédéric Thibaud, vicaire puis curé de la paroisse de Montbert pendant 40 ans. Le 22 juillet 1921 l'abbé Thibaud relate ainsi, dans le livre qu'il tenait, la pose des premiers vitraux : Visite d'un artiste de Paris, qu'on savait en pourparlers. Une première commande est posée. Ce seront des vitraux de guerre. Ils seront originaux, très beaux. Ils transmettront à la postérité la physionomie de nos soldats, mort pour la France. Les familles ont déjà chez elles exposée à la place d'honneur la photographie du cher défunt. Mais avec le temps, les photos s'atténuent. Sur le verre, l'artiste fixera, pour des siècles, suivant la technique du vitrail, les traits de nos héros. Nous les placerons dans notre église, à l'honneur, sous le regard de la grande famille paroissiale. Ils sembleront encore occuper leurs places à l'église. Ils vivront avec nous. Cela vaudra mieux que la simple page d'écriture tracée dans le marbre. Les anciens châteaux avaient leur galerie. Ils sont notre noblesse. Ils sont les saints de la patrie. A Chartres, au Mans surtout on admire les vitraux des corporations et les figures des donateurs. Toutes raisons qui légitiment notre initiative. Puis le 22 janvier 1922 : Ils sont arrivés et déjà mis en place grâce à l'activité du contremaître M. Lecat et c'est vraiment très beau, et tous les paroissiens qui ont assisté aux offices de la semaine n'ont pas tari d'éloges et sur l'inspiration et sur la réalisation de cette œuvre. Elle est originale. Elle est unique et elle est si touchante. Ils nous sont vraiment revenus. Ils sont avec nous. Ils revivent et retrouvent leurs places à l'église. Toutefois la mise en place a révélé quelques imperfections et même des panneaux d'une facture et composition inacceptables. M. Léglise, l'artiste de Paris, trop soucieux de son art, les a repris et les retournera après refonte. Les dix verrières auront coûté près de 22.000 francs. Elles furent financées grâce à une souscription à laquelle les familles des victimes représentées participèrent très largement et à des dons de fidèles qui se poursuivirent tout au long de l'année 1922. Outre les portraits des soldats et les principales batailles de la Grande Guerre sont représentées des scènes mettant en avant la foi catholique des soldats : la messe célébrée sur le front dans une forêt, un soldat mourant en prière devant un petit autel aménagé dans une tranchée, un aumônier militaire donnant l'absolution à des soldats sur un champ de bataille et deux images plus symboliques montrant le Christ donnant la communion au soldat et le Crucifié donnant lui donnant un baiser. Le monument communal élevé sur la place de l'église et inauguré en 1925 comporte une liste de soixante noms, un peu plus de la moitié d'entre eux, trente-quatre, eurent leurs portraits peints sur les vitraux de l'église.

Description de l'objet

Commentaire descriptif :

Chaque verrière est composée d'une lancette à arc brisé. Sur les dix verrières, huit sont divisées en deux parties. La partie inférieure y renferme une scène placée sous un arc surbaissé dont les écoinçons portent chacun un motif floral typique du répertoire de la fin du Moyen Age. La partie supérieure y abrite quatre portraits de soldats en médaillon sur des écus, séparés par un trophée de guerre composé de casque, fusil, baïonnette et décorations militaires : croix de guerre, médaille militaire ou légion d'honneur. Le tympan porte le nom d'une campagne militaire inséré dans une couronne de laurier reposant sur un faisceau de drapeaux tricolores. Le fond des verrières est rouge ou jaune et celui des écus portant les portraits, bleu ou rouge. Les deux autres verrières, au milieu de la nef, abritent une seule scène placée au dessus du portrait d'un soldat. Il s'agit d'images symboliques, d'un côté le soldat qui reçoit la communion des mains du Christ et de l'autre il reçoit un baiser du Christ en croix.

Catégorie technique :

vitrail

Matériaux et techniques :

verre transparent : peint, polychrome ; plomb

Représentation :

scène (bataille : guerre de 1914 1918) ; ornement à forme architecturale (arc brisé, arc) ; machine de guerre ; opération militaire ; Sacré-Coeur ; trophée de guerre (casque, baïonnette, fusil, laurier, croix de guerre, médaille militaire, ordre de la Lég

Dimensions :

la = 86 Il s'agit de la largeur des verrières.

Etat de conservation :

bon état

Inscriptions :

inscription (peinte, sur l'oeuvre) ; titre (peint, sur l'oeuvre) ; signature (peinte, sur l'oeuvre) ; date (peinte, sur l'oeuvre) ; inscription donnant l'identité du modèle (peinte, sur l'oeuvre) La date et la signature sont peintes dans la partie basse d

Localisation

Département :

44

Aire d'étude :

Monuments aux morts peints en Pays de la Loire

Commune :

Montbert

Adresse :

Église

Rue :

Église

Latitude :

47,05669837 X

Longitude :

-1,48829747 Y

Documentation

Documents d'archives :

A Diocésaines Loire-Atlantique, A O 2 : Montbert, livre de paroisse, 1911-1941.;A Diocésaines Loire-Atlantique, E 19 : Montbert, vitraux, reçus 1921, correspondance 1923.;A Diocésaines Loire-Atlantique, J 08 : Montbert, registre de l'union catholique des soldats de la grande guerre.;A Diocésaines Loire-Atlantique, 5 Per 1/19 : Almanach paroissial de Montbert, 1917, 1924 à 1926.

Documents figurés :

A Diocésaines Loire-Atlantique, 1 Z 10 : paroisse de Montbert, album photographique. 10 cartes postales, NB : vitraux de la nef 1 photographie, NB : monument aux morts en boiserie.

Bibliographie :

Groupe histoire de Montbert. MONTBERT.. .Depuis la nuit des temps. Maulévrier : Editions Herault, 2012.;Le vitrail du souvenir. 3 circuits en Loire-Atlantique. Office National des Anciens combattants de Loire-Atlantique.sd.;RINEAU, Alain. Quelques aspects de la vie religieuse de la paroisse de Montbert. Mémoire de maîtrise d'histoire, sous la direction de Yves Durand. Université de Nantes, 1972.