Statue de saint Benoît de Nursie

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2007

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
Cette statue porte la signature du révérend père Jean de Solesmes ; il s'agit d'Eugène Gourbeillon (1814-1895), bénédictin à Solesmes, puis à Sydney (Australie), enfin à Ligugé. Par les délibérations du Conseil de fabrique, nous savons qu'en 1837, un bienfaiteur se propose d'offrir une statue de saint Benoît. La troisième chapelle du bas-côté sud a été placée sous le vocable du saint en 1845 et, selon l'abbé Villeneuve, la statue a été exécutée cette même année, effectivement par le père Jean de Solesme. Il s'agit donc d'une œuvre de la première période du religieux, avant son départ en Australie en 1847 ; il travaillait alors (jusqu'en 1845) dans l'atelier parisien du sculpteur Louis-Eugène Bion.

Description de l'objet

Catégorie technique :

sculpture

Matériaux et techniques :

calcaire : taillé

Représentation :

saint Benoît de Nursie : abbé

Dimensions :

h = 220 Hauteur approximative prise avec la base, mais sans le support.

Etat de conservation :

bon état

Inscriptions :

signature (sculptée) Signature sur le côté gauche du socle : Par le RP Jean de Solesmes.

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Latitude :

46,45435831 X

Longitude :

-1,16668695 Y

Documentation

Documents d'archives :

Archives de l'évêché de Luçon. Registre des délibérations du Conseil de fabrique : En 1837, un bienfaiteur offre une statue de saint Benoît grandeur nature, sous certaines conditions.;Archives de l'évêché de Luçon. Notice dactylographiée sur la cathédrale de Luçon, par l'abbé J. Villeneuve, sans date (1941) : Mention de la chapelle Saint-Benoît à cet endroit depuis 1845 et de la statue du saint, faite en 1845 par le père Jean de Solesme.

Bibliographie :

GAZEAU, dom Roger. Le père Jehan de Solesmes, bénédictin français, missionnaire en Australie. Lettre de Ligugé, 1974, n° 167