Bas Chantenay

Présentation de l'aire d'étude Bas-Chantenay

À la Révolution, la paroisse de Saint-Martin-de-Chantenay devient commune. Elle est annexée à la ville de Nantes en 1908. A partir du XIXe siècle, ce quartier s'industrialise avec l'implantation d'usines, d'ateliers et d'entrepôts sur la plaine et d'habitations sur le coteau.


Un quartier populaire et industriel

En 1865, il ressort des rapports du commissariat central de police que l'Hermitage et Chantenay sont habités "par des Bas-Bretons, pauvres et sales, logeant dans des réduits sans air, ni soleil, qui conservent dans leurs maisons des matières, des os, des vieux chiffons, ou qui y élèvent des lapins". En 1900, l'ensemble de la commune de Chantenay compte 20 000 habitants, dont 9% de Bretons et 5% de Vendéens (elle s'élevait environ à 5000 en 1850). Les capitaines d'industrie du Bas-Chantenay et leurs familles, mais aussi des directeurs d'usine, y font construire ou habitent des maisons à proximité de leurs usines (Georget, Amieux, famille Paris, directeur de Saint-Gobain). La pratique importante des jardins ouvriers est soutenue par la Société des Jardins Ouvriers de Chantenay, créée en 1903, par le maire de Chantenay, Griveaud. L'importance des fêtes, dont celle des Petits Pois, rappelle à la population tout autant son passé rural que son travail ouvrier dans les conserveries, au premier rang desquelles, dans le Bas-Chantenay, Amieux. La coexistence assez longue d'exploitations agricoles et de pâtures avec les activités industrielles persiste, à l'est, près des villages aujourd'hui disparus de Mallève et de la Fardière, jusqu'à l'urbanisation dans les années 1960-1970 du quartier de Bellevue, au nord.

A partir des années 1980, la disparition de nombreuses industries, dont l'activité a été transférée en dehors de la ville, en tout ou en partie, ou abandonnée complètement, a engendré de grands espaces de friches, sur des terrains nécessitant un travail de dépollution ou/et de réurbanisation. Les dernières constructions marquant le paysage industriel du Bas-Chantenay sont, à l'est, la construction des silos Sonastock, de 1973 à 1990, et la construction du pont de Cheviré, en 1990.