Paimboeuf

Présentation de l'aire d'étude

L'étude du patrimoine architectural de la commune de Paimboeuf ne peut être dissociée de l'activité fluviale et maritime nantaise. Port de commerce majeur du royaume dans le dernier siècle de l'Ancien Régime, Nantes, située à une soixantaine de kilomètres de la mer, ne dispose pas d'un site capable d'accueillir les navires équipés au long cours. L'irrégularité du cours de la Loire contraint les négociants, les armateurs, les constructeurs de navires à déplacer vers l'aval une grande part de leur activité conduisant, dès le XVIIe siècle, à l'établissement d'un avant-port au plus près de la mer, Paimboeuf, sur la rive gauche du fleuve.

Comme pour de nombreux petits ports émergents à l'Epoque Moderne, l'activité se développe sur un site naturel favorable, un havre d'échouage, quelques rares maisons émaillant au milieu du XVIIe siècle cette ancienne île vouée à l'agriculture, pour partie propriété des ducs de Retz. Un siècle plus tard ce territoire rural féodal a fait place à un bourg portuaire (Paimboeuf n'obtient le statut de ville qu'après la Révolution) dont la population, mi- sédentaire mi- foraine, compte près de 5000 personnes en 1750 et dépasse vraisemblablement les 8000 à la fin du XVIIIe siècle quand Nantes rassemble 80 000 habitants.

Le développement de la ville se fige au XIXe siècle, la population oscillant régulièrement autour de 3000 habitants. Le port de Saint-Nazaire opérationnel en 1856 écarte définitivement Paimboeuf des routes maritimes. Sous-préfecture de 1800 à 1926, la ville construite reste inscrite dans les limites fixées à la fin du XVIIIe siècle jusqu'à l'arrivée du chemin de fer en 1876. Une importante industrie chimique caractérise le XXe siècle, ouvrant à partir de 1950 la moitié sud de la commune au logement des ouvriers, par voie de lotissements.

Le port de Paimboeuf a fait l'objet de nombreuses recherches à l'échelle de l'estuaire de la Loire et, en tant qu'un élément de l'aire portuaire de Nantes, son rôle d'avant-port a été récemment clairement précisé. Des travaux ont également été conduits à l'échelle de la façade atlantique et le développement du port confronté à d'autres petits ports nés comme lui sous l'Ancien Régime. On en connaissait en revanche beaucoup moins sur la formation du bourg et sur les modes d'habiter ayant accompagné cette effervescence maritime et fluviale à partir du milieu du XVIIe siècle.