Alleaume

Inventaire des vitraux du peintre verrier lavallois Auguste Alleaume en Pays de la Loire

Le projet d’inventaire de l’œuvre du peintre verrier Auguste Alleaume vise à mieux connaître et à faire connaître un artiste mayennais d’importance, ses œuvres, et une technique souvent méconnue. Il repose sur l’opportunité de la présence d’un important fonds documentaire et d’archives issu d’une étude d’inventaire entamée par le service régional de l’Inventaire et le musée de Laval et laissée inachevée

Descriptif de l'étude

S’il a fortement marqué le département de la Mayenne où il a fait l’essentiel de sa carrière (ce département représente environ 60 % de la production de l’atelier), Auguste Alleaume est également attaché à l’ensemble de la région Pays de la Loire.

Il est né à Angers en 1854. Il y a réalisé son apprentissage dans un atelier de peinture sur verre avant d’intégrer l’école des Beaux-arts de Paris en 1875. Là, il a travaillé comme ouvrier chez d’importants acteurs de la renaissance du vitrail de la seconde moitié du XIXe siècle tel Lusson. A partir de 1883, il est entré dans le prestigieux atelier Champigneulle (1853-1905) et est devenu le principal collaborateur du maître jusqu’en 1893. A cette date, il a choisi de s’installer à Laval et de fonder son atelier. Ses travaux lui ont valu de nombreux prix (médaille d’argent à l’Exposition universelle de 1889 et médaille d’or à celle de 1900, diplôme d’honneur à l’Exposition des Arts décoratifs de Paris en 1925…).

Inscrit d’abord dans la continuité des ateliers manceaux et de la tradition de la verrière historique, l’artiste a participé au renouvellement de l’art du vitrail à la fin du XIXe par son travail sur la couleur et son dessin tendant à la simplification du trait. L’œuvre d’Alleaume est essentielle par son volume et sa qualité non seulement pour la Mayenne, mais aussi pour les Pays de la Loire.

Objectif de l'étude

L’entreprise a pour double mission scientifique d’approfondir la connaissance de l’œuvre du peintre-verrier et de conserver la mémoire d’un patrimoine fragile. 

L’ancrage régional donné à cette étude monographique sera l’occasion d’embrasser l’œuvre de l’artiste sur les territoires où il fut le plus prolifique. Le corpus défini par l’étude de son œuvre sera en grande partie inédit. L’exhaustivité du recensement couplée aux recherches en archives permettra de révéler les caractéristiques iconographiques, stylistiques et techniques de la production d’Alleaume

L’étude cherchera aussi à apporter un éclairage sur le vitrail civil, ignoré et souvent méconnu. De nombreuses esquisses, maquettes et cartons permettent de repérer l’existence d’une commande de vitraux profanes pour décorer halls d’entrée, escaliers, bureaux et salles d’apparat. Détruits, à l’état de vestiges, aux mains de collectionneurs ou en place, cette production de l’atelier sera l’objet d’une recherche attentive.

Une inquiétude existe en effet sur le devenir de ces œuvres non protégées. Certains vitraux d’Alleaume ont déjà connu une destruction ou au mieux une mise à l’abri pour un temps indéterminé.