Trois jardins d'exception en Mayenne

Cliquez pour agrandir l'image Château de Craon ©Alain Guilloux

Cliquez pour agrandir l'image Château de Clivoy ©Catherine de Pontbriand

Cliquez pour agrandir l'image manoir de Favry ©Chantal Mirabaud

Trois sites de la Mayenne ouvrent leurs jardins pour le spectacle Cendrillon qui aura lieu dans les parcs du château de Craon le lundi 11 juin, du château de Clivoy à Chailland le vendredi 14 juin, du du manoir de Favry à Préaux le dimanche 16 juin. Ouverture et visites à partir de 14 h 30 ; spectacle de Cendrillon de Joël Pommerat à 21 h.

Craon, Parcs et Jardins du château de Craon

Aussi appelé « le petit Versailles de la Mayenne », le château du Craon avec son style néo-classique se dresse sur la colline de Guinofel et domine la ville. Il est construit entre 1773 et 1776 par le marquis d’Armaillé, grand propriétaire terrien d’Anjou de l’époque et proche du roi Louis XV. D’un plan très simple, il se compose d’un pavillon central encadré de deux pavillons latéraux. Contrairement à l’intérieur, l’extérieur n’a pas été modifié au fil des siècles, c’est donc un bel exemple de l’architecture de cette période. Le château se trouve au cœur d’un  site paysager de 47 hectares traversé par la rivière l’Oudon. Le parc à l’anglaise qui entoure le château est réalisé à partir de 1839 par le paysagiste angevin Châtelain. Puis en 1930, Edouard Redont trace dans l’axe des façades du château une perspective structurant le jardin à la française ornée de balustrades et de bassins. Dans le parc, l’allée principale est bordée de pommiers et de poiriers taillés, et de nombreux arbres centenaires ont été conservés. Au parc et jardin à la française s’ajoute un potager clos de murs, un petit jardin planté de buis taillés, mais aussi des communs, un pigeonnier, un lavoir et  une glacière, témoins de la vie quotidienne d’une communauté humaine nombreuse.

Chailland, Parcs et Jardins du château de Clivoy

A deux pas de Chailland, Petite Cité de Caractère, le château de Clivoy domine la vallée de l’Ernée. Construit sur d’énormes blocs de grès, le site composé d’un logis modeste et d’une muraille alternant avec des remparts naturels de roches faisait office autrefois de poste militaire. Entre les 16e et 18e siècles, la demeure est habitée et devient progressivement une seigneurie importante. Le château actuel est le résultat des transformations importantes apportées par Anatole des Nos qui achète la propriété à la fin des années 1840.
Il confie à l’architecte parisien Lorotte le soin d’édifier le château que l’on voit (à quelques détails près) aujourd’hui. A la même période, de nouveaux communs et la chapelle sont édifiés, le parc et les jardins sont aménagés. Ces derniers, laissés à l’abandon, ont totalement été réaménagés par les propriétaires actuels.  
L’ensemble paysager s’étend sur environ 15 hectares. Les visiteurs sont amenés à découvrir le grand potager clos de hauts murs bordés de buis, de rosiers, de fruitiers et d’une orangerie. Mais aussi, les chemins de promenade menant sous les remparts du château vers un petit étang et une fontaine ; ou encore le petit jardin rond de buis et de rosiers à la française dit « jardin de la motte » qui jouxte le château, dernières traces de l’ancienne motte féodale.

Préaux, Jardins du Manoir de Favry

A mi-distance entre Laval et La Mans, un long chemin creux en berceau mène au logis datant du 16e  siècle. Le Manoir de Favry, au plan régulier et symétrique dont les origines remontent au 14e siècle, est composé d'un bâtiment central, sorte de gros pavillon flanqué d'une tour ronde abritant un escalier à vis, d'un important pavillon carré formant une tour à l'angle opposé et d'une aile. Une particularité : des ouvertures et des corniches en tuffeau qui indiquent que l’endroit fut un jour un domaine important.
Le manoir est entouré de quatre jardins imaginés et conçus par la propriétaire des lieux. Eclectiques, ces jardins cherchent à mettre en valeur le bâti en respectant l’esprit des lieux. Le jardin régulier de roses blanches et de buis taillés côtoie un jardin potager d’inspiration médiévale créé en 2005. Associant les fleurs aux fruits, légumes et herbes aromatiques, la composition du potager est vouée au chiffre quatre.  Depuis 2016, deux nouveaux jardins ont vu le jour, le Dédale rattaché au Logis et le Jardin de Cloître ou Verger d'ornement. Le parc et ses bosquets d’arbres de collection offre quant à lui des lieux de promenade.

Retour