LES MOULINS À EAU ET À VENT À MAUGES-SUR-LOIRE

Cliquez pour agrandir l'image Le moulin à vent du Chêne-Vert au Mesnil-en-Vallée ©Mathilde Vozza

Cliquez pour agrandir l'image Moulins tour ardenais ©Association pour la sauvegarde des moulins d'Anjou

Cliquez pour agrandir l'image Moulin cavier de Gasté - Grézillé à Gennes-Val-de-Loire ©Association pour la sauvegarde des moulins d'Anjou

Cliquez pour agrandir l'image Moulin tour de l'Epinay ©Association pour la sauvegarde des moulins d'Anjou

Souvent transformés en habitation, les moulins ont rarement conservé leur mécanisme mais leurs aménagements (canaux, bassin de retenue, barrage) restent pourtant bien visibles !

Découvrez les moulins à l'occasion des Journées du patrimoine de Pays et des moulins qui se tiendront les 26et 27 juin.

Cet article est extrait de la LETTRE DE L'INVENTAIRE des Mauges #3, qui s’intéresse aux moulins du territoire.

35 moulins toujours présents

La moitié des 70 moulins à vent et eau figurés sur le cadastre napoléonien subsiste deux siècles plus tard, en relatif bon état. Modelé par l’eau et doucement ondulé, le paysage mauligérien s’est révélé propice à leur installation.
La Pommeraye est de loin la commune qui possède le plus de moulins, alimentés grâce à trois ruisseaux : le Veillon, Moulin-Benoist et le ruisseau des Moulins (lui-même principalement alimenté par l’étang de la Brissonnière).
Treize moulins de cette commune figurent au XVIIIe siècle sur la carte de Cassini, répartis sur dix kilomètres. Dans deux moulins, le débit était assez puissant pour faire fonctionner deux roues qui occupaient chacune un meunier.
Ils possèdent tous une roue à augets où l’eau s’écoule par-dessus grâce à une chute d’eau.
Le Jeu, affluent du Layon qui borde Saint-Laurent-de-la-Plaine, est une rivière particulièrement dense en moulins : elle en alimentait 17 au XVIIIe siècle !

Moulins-tours, moulins turquois, moulins chandeliers ou encore moulins- caviers

Souvent utilisée pour moudre des céréales, la puissance motrice de l’eau peut aussi, par exemple, permettre la fabrication de pelles dans la seconde moitié du XIXe siècle, comme au moulin de Baudry. Lorsque le débit de l’eau était trop faible pour faire fonctionner les moulins à eau, les meuniers avaient souvent la possibilité d’exploiter un moulin à vent situé à proximité. Plusieurs types de moulins à vent fonctionnent en Anjou : des moulins-tours, des moulins turquois, des moulins chandeliers ou encore des moulins- caviers.
Dans les Mauges, il y a principalement des moulins-tours comme celui de l’Épinay à la Chapelle-Saint-Florent ou celui de la Renardière à la Pommeraye.




Partager cet article


Retour