Inventaire : l’habitat sériel au Mans scruté par Marie Ferey

Cliquez pour agrandir l'image La cité des Maillets, Le Mans ©PB Fourny

Cliquez pour agrandir l'image Maisons sérielles ©PB Fourny

Cliquez pour agrandir l'image Le Patis ©PB Fourny

Cliquez pour agrandir l'image Mancelles ©PB Fourny

Cliquez pour agrandir l'image Marie Ferey, chercheuse au service du patrimoine, Région des Pays de la Loire ©PB Fourny

En partenariat avec la ville du Mans, Marie Ferey, chercheuse au service patrimoine de la Région des Pays de la Loire, démarre une étude thématique de l’habitat sériel à l’époque contemporaine sur l’ensemble de la commune du Mans.

Marie Ferey, quel est votre parcours ?

Diplômée de l’Ecole du Louvre, j’ai mené plusieurs missions en Ile de France sur les moulins en vallée de Chevreuse, en Nouvelle Aquitaine sur Saint-Sever et sur le Palais des Nations à Genève pour l’Organisation des Nations Unies. J'ai rejoint en 2017 l’Inventaire de la Région des Pays de la Loire, où je suis chargée en particulier d'étudier l’habitat sériel construit au XIXe et XXe siècles au Mans.

Quelle est la particularité de cette étude sur l’habitat sériel au Mans ?

L’opération porte sur l’habitat sériel et ouvrier du Mans de 1854, inauguration de la gare ferroviaire, à 1981, date d’achèvement de la construction du grand ensemble de Bellevue. L’habitat en série désigne des ensembles de maisons et d'immeubles construits de façon identique ou sur catalogue. Les lieux de loisir et les équipements en lien avec cet habitat pourront aussi être étudiés.
En Pays de la Loire, c’est la première fois que l’on étudie un patrimoine à la fois contemporain, sériel et périphérique. Cette étude prend tout son intérêt au Mans, Ville d’art et d’histoire, où la volonté de classement au Patrimoine mondial de l’Unesco retient davantage l’attention sur le vieux Mans médiéval.

Quel est l’objectif de cet inventaire ?

Cette opération d’inventaire va identifier les spécificités de l’habitat ouvrier et sériel du Mans et de comprendre son évolution à l’époque contemporaine. Témoins de l’industrialisation locale, ces habitations s’établissent dans les faubourgs et les communes environnantes annexées à la ville à partir de 1855.
Devenant un des pôles industriels les plus importants de l’Ouest au début du XXe siècle, Le Mans a connu une prospérité économique visible par la multitude des unités d’habitation créées pour les cadres et les ouvriers. Une typologie de l’habitat comprenant les fameuses mancelles sera dégagée afin de nourrir une analyse chronologique du bâti et donc de l’extension urbaine.
Une réflexion autour des lieux de loisir tels que les salles de cinéma, de bal ou de jeux, ainsi qu’autour des équipements de type bain douches, écoles… pourra être envisagée afin de considérer l’espace habité dans sa totalité. Elle viendra dès lors éclairer l’analyse architecturale de l’habitat sériel et ouvrier.

Comment s’effectue votre étude ?

Pour appréhender ce vaste terrain de 50 km2, je croise les sources, les archives municipales, départementales et nationales, les plans ou les cartes postales. Les matrices cadastrales permettent de dater les maisons et de réaliser une chronologie de la construction. S’agissant d’un patrimoine récent,  un travail sur la mémoire de ces lieux grâce aux images anciennes et aux témoignages des habitants soutiendra l’étude d’inventaire patrimonial, en collaboration avec l’Université du Maine.

Comment valoriserez-vous vos recherches ?

En plus des conférences prévues au fil de l’étude, nous repèrerons des balades urbaines en lien avec la Ville d’art et d’histoire.
Contact : marie.ferey@paysdelaloire.fr


Partager cet article


Retour