Logis, manoirs et châteaux de l'aire d'étude : Le Lude

Le Lude

Références

Auteur :

Toulier Christine

Date d’enquête :

2012

Commanditaire :

Région Pays de la Loire/Service du Patrimoine / Département de la Sarthe / Pays Vallée du Loir.

Historique

Commentaire historique :
Habiter noblement Cinquante-neuf maisons bâties noblement ont été reconnues sur le territoire étudié. Cet ensemble se compose de vingt-trois châteaux, vingt-trois manoirs, dix logis et trois maisons. Ce corpus est aujourd'hui mutilé et appauvri. Certains châteaux ont été rasés : parfois dès le XIXe siècle comme Coulaine à Saint-Mars-de-Cré (Le Lude), le Colombier à Aubigné et Morinette à Chenu, à la fin de la Première Guerre mondiale comme le Bois-Pincé à Savigné-sous-le-Lude, Mervé à Luché-Pringé et la Gannetière au Lude dans la 2e moitié du XXe siècle. D'autres, non entretenus, sont peu à peu tombés en ruine : Morinette et la Guérrinière à Chenu, le Coulombier à Aubigné et Bareilles à Chalonnes-sous-le Lude. D'autres encore ont été l'objet d'une reconstruction restée inachevée (la Brosse à Chenu). Les maisons nobles du Moyen Age Quatorze édifices possèdent des vestiges antérieurs au XVe siècle qui se répartissent en cinq logis, trois manoirs et quatre châteaux dont Le Lude (peu renseigné à cette époque). A l'origine, l'implantation de ces châteaux est liée à l'existence d'une motte naturelle aménagée au bord du Loir, à proximité d'un pont (Le Lude, sur la rive gauche) ou d'un gué (Bouzeau à Luché-Pringé, sur la rive droite). Ces emplacements sont souvent délaissés pour une situation plus confortable, à proximité du bâti initial. Ce phénomène de glissement de site peut se produire à toutes les époques. Ces édifices se caractérisent par une disposition particulière induite par l'existence d'au moins une salle sous charpente, donc sans plafond. Ces salles sont disposées en rez-de-chaussée aux logis de la Roche à Saint-Germain-d'Arcé et de la Courante à Luché-Pringé. Ces deux logis sont presque identiques dans la mise en œuvre de leurs matériaux et leur aménagement, avec une cheminée sur mur goutterot et une baie brisée quadrilobée dans le pignon. La salle sous charpente est au premier étage du prieuré de Luché (XIIIe-XIVe siècle), de la Grande-Maison (vers 1380 ?) à Dissé-sous-le Lude et de la Merrie à Chenu, et probablement au second étage du manoir de la Roche-Sevin au Lude. Dans la même période chronologique, les logis de Vauloger à Dissé-sous-le-Lude et de Maupas à Luché-Pringé paraissent atypiques parce qu'ils ont toujours été attenants à des dépendances. La vocation noble de ces logis a très vite disparu pour laisser la place à une destination plus rustique. Sont-elles d'anciennes maisons fortes ou fermes fortifiées ? Les châteaux de Forgeais à Chenu, de La Perrière à Saint-Germain-d'Arcé et de Neuillay à La Chapelle-aux-Choux se caractérisent par la présence d'une sorte de "donjon" placé au centre d'une cour. Si le bâtiment parait un peu frustre à Neuillay (il est à moitié démoli), il est d'un grand raffinement à la Perrière où l'appareil de pierre de taille cubique est soigné et le confort des habitants assuré par l'existence d'une tour de latrines doubles séparées. Forgeais conserve les vestiges d'une tour en éperon avec une échauguette. Manoirs et châteaux de l'époque moderne La plupart des maisons nobles sont reconstruites à la fin du XVe siècle et au début du XVIe siècle. On retrouve dans ces édifices des partis architecturaux déjà observés dans le Val de Loire et dans une partie du grand Ouest. Un logis simple en épaisseur est distribué par une tourelle d'escalier demi-hors-œuvre placée sur la façade antérieure ou dans l'angle des bâtiments lorsque le logis est en "L". C'est le cas des grands châteaux comme Amnon à Saint-Germain d'Arcé, Gallerande ou Vénevelles à Luché-Pringé, dans des manoirs comme Les Hayes-le-Vicomte ou le presbytère de Pringé à Luché-Pringé, le prieuré de La Chapelle-aux-Choux, Laurière à Dissé-sous-le Lude, Bois-Pincé à Savigné-sous-le-Lude, ou encore la maison des Cartes à Thorée-les-Pins. La distribution du logis devient de plus en plus sophistiquée au cours du XVIe siècle. Le territoire de cette étude se distingue avec un type de logis en rez-de-chaussée légèrement surélevé, peut-être hérité de l'époque médiévale. C'est notamment le cas d'une partie du manoir de la Guitière à Dissé-sous-le-Lude, du manoir du Châtelet au Lude construit à partir de 1525, et de celui du Perray à La Chapelle-aux-Choux sans doute de la même période. Si le Châtelet n'a pas conservé de trace d'escalier pour accéder dans les combles, le Perray, bâti à mi- pente, exploite le dénivelé du terrain : un escalier dans œuvre rejeté sur la façade postérieure dessert le sous-sol semi enterré et les combles mansardés. Cette distribution d'un manoir « de plain-pied » persiste à la fin du XVIe siècle aux manoirs de Rochette et de la Guitière à Dissé-sous-le Lude et dans la galerie du château disparu de Bois-Pincé à Savigné-sous-le Lude. Le XVIIe siècle est celui des grandes compositions architecturales régulières, au château d'Etival à Saint-Germain-d'Arcé reconstruit, vers 1662 par l'architecte ludois Michel Cesvet, au château contemporain de la Grifferie à Luché-Pringé et, à la limite avec la commune de Vaas, au château du Petit-Perray. Dans tous les cas, le souci de la symétrie est constant. Le château est placé au centre de la composition dont l'axe est matérialisé par un escalier à deux volées rampe sur rampe. La composition est marquée par une progression : basse-cour ou avant-cour, cour, château, jardin, verger et bois. Cette monumentalisation des espaces gagne des édifices plus anciens comme le château de Gallerande à Luché-Pringé, le château du Grand-Perray à La Bruère, et plus modestement le château de la Guérrinière à Saint-Germain-d'Arcé. En dehors des grands travaux effectués au château du Lude, dans les années 1780, le XVIIIe siècle n'est pas celui des bâtisseurs. Seules quelques tentatives de mises au goût du jour sont à remarquer notamment à Gallerande et à La Grifferie à Luché-Pringé où des faux étages attiques sont aménagés et, à la Grifferie encore, où la cage centrale de l'escalier est supprimée et remplacée par deux escaliers latéraux symétriques. Les châteaux au XIXe siècle Au XIXe siècle, les plus grands architectes parisiens et de la province interviennent sur le Pays du Lude. L'angevin Ernest Dainvile restaure Gallerande en 1856 en gommant les aménagements du XVIIIe siècle, agrandit Laurière à Dissé-sous-le Lude en 1864, et reconstruit Bois-Pincé à Savigné en 1877, l'architecte Paul Déchard restaure également la Grifferie en gommant l'étage attique et, le saumurois Jules Dussauze construit le château de la Châtaigneraie à La Chapelle-aux-Choux en 1880. Ces chantiers privilégient les styles néo-gothique et néo-renaissance. Au château du Lude interviennent successivement l'architecte départemental et diocésain Pierre-Félix Delarue (1852), l'architecte des monuments historiques Denis Darcy (1876), l'architecte parisien Louis Parent (1888), et l'architecte blésois Paul Lafargue (1911). Son fils Achille Lafargue revient sur le décor intérieur de Laurière vers 1920 et René Chauveau, successeur de Dainville, agrandit le château de Gallerande vers 1900. Malheureusement, les maîtres d'œuvre des châteaux de la Maison-Rouge à La Bruère-sur-Loir, d'Amnon à Saint-Germain-d'Arcé, de Cherbon et des Aiguebelles à Coulongé, de Mervé à Luché-Pringé (vers 1840) et du rendez-vous de chasse de la Roltière à Savigné n'ont pas encore été identifiés avec certitude. Pourtant, lorsque Geoffroy, comte de Ruillé, fait appel à Ernest Dainville pour remanier le château de Gallerande, ne peut-on pas imaginer qu'il fasse appel à la même agence d'architectes que celle qui avait réalisé pour son père le nouveau château de Mervé ? Si c'est le cas l'architecte du premier serait Jacques François dit Villers, oncle d'Ernest Dainville.

Localisation

Département :

72

Aire d'étude :

Le Lude

Latitude :

47,65353604 X

Longitude :

0,17961106 Y

Documentation

Annexe :

Liste des édifices repérés.;;Aubigné, Bossé château, chapelle, pigeonnier;Aubigné, Coulombier (le) château, colombier détruit;Aubigné, Beaussonnière logis;Aubigné, Haute-Motte (la) maison forte;Aubigné, Champmarin manoir, chapelle;Aubigné, Genevraie (la) manoir pigeonnier;Chenu, Chérigny château pigeonnier;Chenu, Forgeais château chapelle Sainte-Barbe pigeonnier;Chenu, Paty (le) château;Chenu, Borderie (la) manoir chapelle sainte-Catherine colombier;Chenu, Méré manoir;Coulongé, Aiguebelles (les château pigeonnier;Coulongé, Cherbon manoir pigeonnier;Dissé-sous-le Lude, Cour de Broc château chapelle;Dissé-sous-le Lude, Lorière château chapelle colombier;Dissé-sous-le Lude, Grande-Maison (la) logis;Dissé-sous-le Lude, Guistière (la) manoir chapelle colombier;Dissé-sous-le Lude, Mortiers manoir;Dissé-sous-le Lude, Rochettes manoir chapelle;la Bruère-sur-Loir, Maison Rouge château chapelle;la Bruère-sur-Loir, Gagnerie (la) manoir;la Bruère-sur-Loir, Grand-Perray (le) château chapelle pigeonnier;La Chapelle-aux-Choux, Nuillé château chapelleSaint-Roch pigeonnier;La Chapelle-aux-Choux, prieuré logis;La Chapelle-aux-Choux, Fosse (la) manoir;La Chapelle-aux-Choux, Giraudière (la) manoir chapelle Saint-Louis pigeonner;La Chapelle-aux-Choux, Perray (le) manoir;Le Lude, Le Lude château chapelle;Le Lude, Aubevoies manoir chapelle;Le Lude, Châtelet (le) manoir chapelle pigeonnier;Le Lude, Coulaine château détruit;Le Lude, Gannetière (la) manoir;Le Lude, Montvaillant manoir;Le Lude, Rochesévin (la) manoir chapelle;Luché-Pringé, Grifferie (la) château chapelle pigeonnier;Luché-Pringé, Mervé château chapelle pigeonnier détruit;Luché-Pringé, Vénevelles château chapelle pigeonnier;Luché-Pringé, Gallerande château chapelle du Douet pigeonnier;Luché-Pringé, Alleu logis;Luché-Pringé, Courante (la) logis;Luché-Pringé, Prieuré de Luché logis;Luché-Pringé, Presbytère de Pringé logis;Luché-Pringé, Hayes-le-Vicomte (les) manoir pigeonnier;Saint-Germain d'Arcé, Amnon château chapelle pigeonnier;Saint-Germain d'Arcé, Etival château chapelle pigeonnier;Saint-Germain d'Arcé, Guérinière (la) château;Saint-Germain d'Arcé, Perrière (la) château colombier;Saint-Germain d'Arcé, Morinette château (2) colombier;Saint-Germain d'Arcé, Grande-Maison (la) logis;Saint-Germain d'Arcé, Roche (la) logis;Saint-Germain d'Arcé, Chaise (la) manoir pigeonnier;Saint-Germain d'Arcé, Chauderue manoir;Savigné-sous-le Lude, Bois-Pincé château détruit;Savigné-sous-le Lude, Roltière (la) rendez-vous de chasse;Savigné-sous-le Lude, Grilllardière (la) manoir;Savigné-sous-le Lude, Maurier (le) manoir;Thorée-les-Pins, Cartes (les) logis, rdv chasse;Thorée-les-Pins, Chaumineau maison;Thorée-les-Pins, Ruisseau (le) manoir