Maison

Luçon (commune)

Références

Auteur :

Réau Marie-Thérèse

Date d’enquête :

2009

Commanditaire :

Région Pays de la Loire / Ville de Luçon.

Historique

Commentaire historique :
En l'absence de documents relatifs aux campagnes de construction ou de réfection de la maison, seule l'analyse stylistique permet d'en proposer la datation. Il semble que l'on soit en présence d'une demeure du XVIIIe siècle, remaniée intérieurement au XIXe et comportant un bâtiment sur cour plus ancien. La datation du XVIIIe siècle se base sur la seule observation des façades. En revanche, le bâtiment sur cour peut être estimé du XVIe siècle, approximativement, par certaines baies et les deux niveaux de sous-sol. Quant à la campagne de rénovation intérieure (nouvel escalier, cheminées, boiseries etc), on peut la situer au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Le plus ancien document faisant allusion à la maison est un acte de 1681 concernant le n° 16, où elle est citée comme confront ; nous savons ainsi qu'elle s'appelait la Petite Lamproie. De 1767 à 1787, c'est la demeure d'Henry Gabriel Gaspard Regnon de Chaligny, mais rien ne laisse supposer que des travaux aient été entrepris pendant cette période. A partir de 1787, c'est la maison du notaire Jean Claude Pillenière et, plus tard, celle de Julien David, qui la lègue avec tous ses biens à la Ville de Luçon. L'inventaire du mobilier, fait après le décès de Julien David, survenu en 1908, montre un intérieur richement meublé, avec des oeuvres d'art, des vins fins et 112 oiseaux de volière. Sous l'Ancien Régime, la maison ressortissait du fief de l'évêque.
Datation des campagnes principales de construction :

16e siècle;18e siècle;2e moitié 19e siècle;19e siècle

Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

La maison se compose d'un bâtiment sur rue, desservi par un escalier tournant avec jour, et d'un bâtiment situé perpendiculairement au premier, en partie plus ancien. Ce dernier abrite des communs (cuisine etc) et possède deux niveaux de sous-sol, le premier voûté en berceau, le deuxième taillé dans le roc, desservis chacun par un escalier droit en pierre. Au nord du jardin attenant à la maison (parcelle L346 en 1816), se trouve un autre bâtiment de commun (buanderie etc), à côté duquel se trouve le garage construit au XXe siècle à la place d'une volière. Enfin, l'écurie et la remise se trouvaient autrefois le long de la rue de Bourg-Paillé, dans le jardin situé à l'ouest de la maison (parcelle L 350 en 1816). Cette partie ne dépend plus de la demeure ; un bâtiment y a été construit au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

calcaire ; moellon ; enduit

Matériau(x) de couverture :

tuile creuse

Type de couverture :

toit à longs pans ; toit à un pan

Vaisseaux et étages :

2 étages de sous-sol ; 1 étage carré

Type et nature du couvrement :

voûte en berceau

Emplacement, forme et structure de l’escalier :

escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente ; escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie

Localisation

Département :

85

Aire d'étude :

Luçon (commune)

Commune :

Luçon

Adresse :

Julien-David

Rue :

Julien-David

Latitude :

46,45470280 X

Longitude :

-1,16321752 Y

Intérêt et protection

Situation juridique :

propriété privée

Documentation

Documents d'archives :

AD Vendée. 3 E 49/29 (étude Royer) : Vente de la maison par Jacques Raffin, marchand aubergiste, à Henry Gabriel Gaspard de Regnon, le 10 janvier 1767. Il est noté dans l'acte que la maison a été achetée par Raffin à Louis Mathurin Chevallereau, le 12 mai 1766.;AD Vendée. 3 E 49/54 (étude Jouanneau) : Vente de la maison par Henry Gabriel Gaspard de Regnon, chevalier de Chaligny, à Jean Claude Pillenière, notaire, le 30 décembre 1787.;AD Vendée. E dépôt 128. 2 L 6 : Dossier sur le legs fait à la Ville par Julien David (décédé le 5 juin 1908), par testament du 1er mai 1904, revu le 25 septembre 1906 : - Testament du 1er mai 1904, revu le 25 septembre 1906. - Inventaire après décès du mobilier de sa maison (actuel 14, rue Julien-David), fait le 10 août 1908 par maître Texier, notaire. Beaucoup d'objets actuellement à l'hôtel de ville en proviennent. - Estimation des immeubles légués à la Ville, notamment sa maison, le 9 octobre 1909 par H Daviet, expert.;AD Vendée. E dépôt 128. 2 L 31 : Dossier sur le legs fait à la Ville de Luçon par Julien David, décédé le 5 juin 1908 : - Vente par adjudication de sa maison (actuel 14, rue Julien-David), le 4 juin 1925. - Inventaire du mobilier de sa maison réservé par la Ville, non daté.