Eglise paroissiale Saint-Germain

Le Lude

Références

Auteur :

Toulier Christine

Date d’enquête :

2007

Commanditaire :

Région Pays de la Loire/Service du Patrimoine / Département de la Sarthe / Pays Vallée du Loir.

Historique

Commentaire historique :
L'église serait bâtie dans l'enceinte du vieux château de la châtellenie de Saint-Germain qui tiendrait son nom du vocable de l'église repris comme patronyme par la famille des seigneurs installés dans le château voisin de la Guérrinière. On sait peu de choses de la première église dont il n'existe pas de trace significative apparente avant le remaniement de la nef à la fin du XVe siècle. La façade primitive est alors démolie et la nef allongée vers l'occident. Des raisons mystérieuses ont empêché l'ouverture d'un portail dans la nouvelle façade occidentale. Un clocher-porche est édifié contre le flanc nord, à l'entrée de la nef. Il est couvert, au rez-de-chaussée, d'une croisée d'ogives reposant sur des culots sculptés gothique flamboyant. La mise en oeuvre de la charpente à chevrons-portant-fermes lambrissée de la nef témoigne d'une réalisation en deux temps avec deux entraits côte à côte à l'emplacement ; supposé, de la première façade. Au milieu du XVIe siècle, une deuxième grande campagne de travaux met en chantier le nouveau choeur, à chevet plat, couvert d'une voûte d'ogives, et l'oratoire placé sur le flanc sud. Derrière le retable de l'autel majeur, est conservé le fragment d'une litre peinte au XVIe siècle dans laquelle se trouvent une croix de consécration et le blason des Saint-Germain : de gueules à trois fleurs de lys d'argent posées 2 et 1. En même temps ou successivement, la nef est accostée de deux bas-côtés qui conservent les vestiges de deux retables en pierre de la Renaissance. Le vocabulaire ornemental très riche décline des consoles et des colonnettes cannelées, des chapiteaux corinthiens, des oves, et des caissons. Tous ces travaux d'embellissement correspondent à une époque où cinq familles différentes habitent dans les cinq châteaux et manoirs de la paroisse : Amnon, Etival, la Chaise, la Guérrinière et la Perrière. Le bienfaiteur de la paroisse est Claude Le Vacher, seigneur de la Chaise, qui obtient, pour son église, un bref d'indulgences de cent jours en 1536. Au XVIIIe siècle, le décor des bas-côtés est renouvelé par la commande de deux retables qui portent respectivement la date de "1726" à droite, et de "1791/ P.DEFAY [architecte]" à gauche. Enfin, en 1748 Michel Auvray, prieur de Saint-Hyppolite et curé de Saint-Germain d'Arcé, finance la construction de la sacristie sur le flanc nord du choeur.
Auteur Historique :

auteur inconnu

Description Architecturale

Commentaire descriptif :

L'église de Saint-Germain-d'Arcé se compose d'une nef couverte d'une charpente à chevrons-portant-ferme lambrissée. Elle se distingue, aujourd'hui, par l'absence de façade occidentale : on entre par le clocher situé sur le flanc de la nef et bâti à la fin du XVe siècle. Il renferme une salle à l'étage et un escalier en vis en pierre faisant saillie dans un angle. Cette position du clocher est d'autant plus étrange qu'il n'y a aucune contrainte extérieure apparente. Les maçonneries des parties basses des murs de la nef paraissent homogènes. La charpente qui recouvre l'ensemble de la nef est en deux parties distinctes et juxtaposées. L'ensemble de l'édifice fut profondément remanié et agrandi au XVIe siècle : construction d'un choeur à chevet plat couvert d'une travée de voûte d'ogives bombées supportées par de fines colonnes à chapiteaux ornés de feuilles de chêne de la Première Renaissance. Sur le flanc sud du choeur a été bâtie une petite chapelle seigneuriale couverte d'une voûte d'ogives dont les nervures meurent dans les angles. Elle est ornée de peintures murales figurant une Vierge à l'Enfant avec des anges musiciens. Courant XVIe siècle, on a commencé la construction du bas-côté sud en plusieurs étapes (noter les différentes formes de couvertures). Ce bas-côté sud conserve les vestiges d'un autel adossé orné de pilastres et de colonnettes, du milieu du XVIe siècle, apparemment identique à celui placé dans le bas-côté nord. Pourtant, le bas-côté nord pourrait ne dater que du XVIIe siècle (large couverture à croupe) avec la petite porte donnant sur la rue. Le choeur fut réaménagé au XVIIe siècle par la construction d'un grand retable en pierre qui masque la baie axiale et permet l'aménagement d'un espace de rangement derrière (1ère sacristie). La baie centrale devenue inutile fut largement ouverte pour annexer l'espace libre entre les deux contreforts.

Matériau(x) de gros œuvre et mise en œuvre :

grès ; silex ; tuffeau ; moellon ; enduit ; pierre de taille

Matériau(x) de couverture :

ardoise

Type de couverture :

toit à longs pans ; appentis ; croupe ; flèche polygonale

Partie de plan :

plan allongé

Vaisseaux et étages :

1 vaisseau

Type et nature du couvrement :

voûte d'ogives bombée ; lambris de couvrement

Emplacement, forme et structure de l’escalier :

escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie

État de conservation :

inégal suivant les parties ; état moyen

Localisation

Département :

72

Aire d'étude :

Le Lude

Commune :

Saint-Germain-d'Arcé

Lieu :

Bourg (le)

Latitude :

47,62268966 X

Longitude :

0,29206097 Y

Intérêt et protection

Intérêt de l'oeuvre :

à étudier ; à signaler

Situation juridique :

propriété de la commune

Documentation

Annexe :

Inscription sur pierre :;1750;sacrarium construxit;Me AUVRAI RECTOR CUI SUCCESSERUNT;Pus COUBARD 1756. Ines FAUTRAS 1762;Rus DERUZE 1820;;Inscription sur ardoise :;Cy gisent les corps de Messire Charles;DE SAVONNIERES VIVANT chevalier de;l'ordre du Roy, gentilhomme ordinaire;de sa chambre, lieutenant de cinquante;hommes d'armes des ordonnances de sa;Majesté seigneur dez La Troche sainct;Germain et les Hayes qui trépassa le;XIIe IOUR de fébvrier 1606 &t;dame Gabrielle LE GAY son espouse;décédée le XIXe IOUR d'octobre 1621